Véronique Brumeaux à sa sortie d’audience avec Patrice Talon:« Nous avons évoqué l’état d’avancement des projets »

0
777

L’ambassadrice de France en fin de mission a été reçue par le président de la République, Patrice Talon, le mercredi 2 septembre 2020. Au sortir de l’audience, Véronique Brumeaux a livré à la presse ses impressions sur l’état d’avancement des projets menés par la France au Bénin, le développement du tourisme avec notamment la restitution prochaine des 26 œuvres du patrimoine béninois par la France et la transformation du Bénin au plan infrastructurel depuis quatre qu’elle est au Bénin.

Vous avez été reçue par le président Patrice Talon. Quelles sont vos impressions après cette audience ?

 

Véronique Brumeaux: Voici 4 ans que je suis arrivée au Bénin. Nous avons évoqué l’état d’avancement des projets que la France mène ici au Bénin. Avec l’équipe de l’ambassade, nous avons beaucoup travaillé à densifier notre coopération dans divers domaines du Programme d’actions du gouvernement (Pag) notamment pour améliorer les conditions de vie des populations, pour favoriser et aider l’enseignement secondaire afin de scolariser plus d’enfants, particulièrement plus de jeunes filles. La formation professionnelle était également une de nos priorités. Quand je parlais de l’amélioration des conditions de vie des populations, je faisais allusion aux projets qui sont menés par l’Agence française de développement (Afd) à Ganvié notamment pour aménager cette Cité lacustre mais aussi la participation à l’assainissement pluvial de Cotonou. Ce sont des appuis que nous faisons pour le développement de l’agriculture dans diverses régions du pays en l’occurrence les Collines et aussi diversifier la production agricole et soutenir l’agro-écologie dans le pays. Ce sont donc des activités variées. Nous avons œuvré également à la construction d’infrastructures notamment une centrale électrique solaire car il est important de pouvoir verdir la production d’électricité et de pouvoir se conformer aux objectifs du développement durable. Cet aspect tenait à cœur les autorités parce que sans énergie, il est difficile de convenir des activités industrielles ou même pour la population de bénéficier de bons réseaux électriques. Nous avons évoqué l’état d’avancement des projets que la France mène ici au Bénin. Nous avons parlé aussi des questions de développement du tourisme et évidemment la restitution des 26 œuvres du patrimoine du Bénin qui reviendront prochainement au pays ».  

 

Quelles sont vos impressions sur le Bénin après y avoir passé quatre années ?

 

D’abord, c’est un grand plaisir de revenir au Bénin étant donné que j’avais servi comme conseillère culturelle il y a 20 ans et de voir tous les changements intervenus dans ce pays durant ces quatre dernières années. Il y a plus d’activités. On voit ce qui se passe dans l’aménagement des rues et des villes. Je suis allée récemment à Abomey en passant par Bohicon. La ville de Bohicon a terriblement changé. Ces changements vont améliorer la circulation non seulement pour la commercialisation des produits, mais aussi faciliter les déplacements notamment des élèves qui se rendent d’une ville à une autre. Tout cela concourt à l’amélioration des conditions de vie des populations.

Peut-être un dernier point sur la jeunesse. L’éducation des jeunes nous tient à cœur. Nous avons plusieurs projets dans ce sens. A travers l’ensemble des projets que ce soit dans le domaine de l’éducation ou dans celui de l’appui social, on a atteint 80 000 jeunes dont 40 000 jeunes filles qui sont bénéficiaires de nos projets. Nous leur accordons toute notre attention parce que la jeunesse, ce sont les Béninois de demain.   

 

Propos recueillis

 pour Le Matinal par Abdourhamane Touré

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here