Violences perpétrées à Tchaourou:Le Grap s’insurge contre la déstabilisation de l’Etat

0
3013

Les échauffourées et violences perpétrées à Tchaourou participent à une stratégie générale de troubles à l’ordre publique et de déstabilisation de l’Etat. C’est du moins ce qu’en pense  le Groupe de réflexion alternative et perspective (Grap) dirigé par le Professeur Rock David Gnahoui, Séraphin Agbaoungbata et Maximin Alapini. Pour le Grap la  démocratie n’a d’autre raison ni finalité que d’être un dialogue institué. Lire le communiqué.

Depuis quelques semaines, des groupes organisés commettent des actes d’une violence tout aussi rare qu’inadmissible sur les personnes et sur les biens dans certaines de nos villes en tentant ainsi de remettre en cause les points marqués par la cohésion sociale et la lutte contre la pauvreté. La destruction et la déprédation gratuite de biens privés et publics, notamment les actes d’incendie de propriété privée, de sièges de commissariat d’arrondissement, de blocage de voies publiques, de rançonnement de la population font partie d’une stratégie générale de trouble à l’ordre public et de déstabilisation de la cohésion nationale.

La résistance déclarée par certains aux réformes ne saurait s’extraire de la légalité et de la démocratie. La construction de la paix est un impératif démocratique dans les Etats comme le nôtre, appelé à renoncer à toute facilité et à toute complaisance, afin d’offrir pour chaque citoyen l’opportunité d’une vie meilleure dans un monde apprivoisé par les forces organisées. La construction de la paix n’appelant aucune condition ni discussion, le GRAP convie chaque acteur politique et chaque citoyen à donner du sens à son engagement en faveur de la Nation en renonçant et en condamnant ces violences regrettables. La démocratie n’a d’autre raison ni finalité que d’être un dialogue institué. Il est de la responsabilité des responsables politiques d’en faire la solution de tout, pour tous et partout.

Vive la démocratie, Vive la paix, Vive le Bénin

 

Pour le Grap, le Président

 

Roch Gnahoui David

 

 

Tchaourou retrouve la paix

Afin d’assurer une paix durable dans la région, le chef de l’État a commis trois médiateurs pour rencontrer les chasseurs, auteurs des actes de vandalisme et de tueries à Tchaourou et Savè. Ils ont réussi à les convaincre de la nécessité de déposer les armes. Le « Oui » des chasseurs est conditionné par deux revendications. La première est que tous ceux qui ont été arrêtés, soient relâchés. La seconde est relative à la levée du dispositif sécuritaire installé au domicile de l’ancien président, Boni Yayi originaire de Tchaourou. L’un des médiateurs, Ishola Bio explique que leur mission est de contribuer à ramener la paix dans ces localités. Leur présence sur le terrain est de tout faire pour ramener la paix à travers la rencontre avec tous les protagonistes.

Des séances tant avec le chargé des opérations de commandement à Tchaourou, le roi et les dignitaires du palais royal, les jeunes, les chasseurs ont permis d’avoir la garantie de toutes les parties. C’est dans ce sens que divers engagements ont été pris de part et d’autres pour faciliter les négociations. Pour le moment, les médiateurs ne peuvent donner une suite aux conditions posées par les chasseurs mais les parties sont tombées d’accord à ce que la paix et la stabilité soient restaurées dans la localité.

 

M.K.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here