Wilfrid Houngbédji sur « Radio Mono, la voix de Lokossa »:« Il faut 2.000 milliards pour rénover le réseau électrique»

0
1567

Le Directeur de la communication de la présidence de la République était l’invité de radio Mono, le dimanche 22 septembre 2019. Plusieurs sujets, notamment la rénovation du réseau électrique ont été débattus par Wilfrid Houngbédji sur la « Radio Mono, La voix de Lokossa ».

Le gouvernement du Nouveau départ est dans la dynamique de rénover le réseau électrique béninois. Selon Wilfrid Houngbédji sur la « Radio Mono, la voix de Lokossa », la raison est simple. Les coupures répétées de l’énergie électrique enregistrées ces derniers jours sont liées à la vétusté des installations électriques du Bénin. A l’en croire, ce sont environ 2.000 milliards de francs Cfa qu’il faut pour rénover le réseau électrique du pays. Mais, dans l’impossibilité de mobiliser d’un seul coup une telle somme qui équivaut à la totalité du budget national en une année, le Directeur de la communication de la présidence de la République a laissé entendre que l’Exécutif travaille à rénover graduellement le réseau et les résultats se feront sentir chaque jour un peu plus. Dans cette veine, il s’est réjoui de la mise en service de la centrale de Maria-Gléta. « La centrale de Maria-Gléta 2 fonctionne bien et elle comble un grand déficit énergétique. Le Bénin ne souffre nullement plus à ce jour d’un manque d’énergie», a-t-il expliqué. Wilfrid Houngbédji a aussi levé le voile sur la motivation du gouvernement en faisant recours à un contrat de gestion et à un auditeur des contrats pour la bonne gestion de la Société béninoise d’énergie électrique. « Dans le contrat, il n’a nullement été question de licenciement des employés de la Sbee avec l’opérateur canadien », a-t-il rassuré. Selon lui, la Sbee et son patrimoine demeurent et demeureront la propriété du Bénin et cela, même avec les réformes que le gouvernement est en train de faire en confiant la gestion à un opérateur de réputation mondiale.

 

Qualité de l’offre éducative

 

Les résultats de l’évaluation diagnostique au niveau de la maternelle et du primaire ont été également analysés par l’invité de « Radio Mono, la voix de Lokossa ». A son avis, ces résultats sont la confirmation de la pertinence de l’initiative de cette évaluation. « Il est désormais clair, à l’aune de ces résultats, que l’Etat connaît désormais les domaines de compétence où il faut intervenir pour améliorer la qualité de l’offre éducative », a déclaré Wilfrid Houngbédji. Pour lui, le seul motif qui sous-tend la démarche du gouverne-ment est le souci de réaliser de bonnes performances. Les résultats qu’affichent le Port autonome de Cotonou de même et les programmes des cantines scolaires, a-t-il dit, sont une confirmation de l’efficacité de cette option. Il en est de même de l’élaboration du fichier des aspirants au métier d’enseignant. Toutefois, Wilfrid Houngbédji, a souligné que cette évaluation qui présente plusieurs avantages pour les concernés reste une mesure transitoire. « D’ici à la fin de l’année scolaire, le gouvernement rendra publics de meilleurs mécanismes pour régler le criard problème de manque d’emploi », a-t-il affirmé. Pour ce qui est des diligences pour la rentrée des classes, le patron de la communication gouvernemental a rassuré de ce le premier quart des subventions pour la scolarisation des filles a été mis en place avant la rentrée. « Le gouvernement a aussi pris langue avec les partenaires sociaux et plusieurs mesures ont été prises. Il s’agit entre autres, de la régularisation de la situa-tion de 2476 personnes en attente de reversement, des échanges autour du point du processus de vérification de reversement. C’est le souci de régler les problèmes et non celui de régler des compte qui motive chacune des actions du gouvernement », a conclu Wilfrid Houngbédji.

 

Odi I. Aïtchédji

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here