Entamé le jeudi 12 novembre 2020, le chef de l’Etat poursuit son exercice de reddition de comptes de la mise en œuvre du Programme d’actions du gouvernement dans les villes du septentrion. Ainsi, après Savè, Tchaourou et Parakou, il met le cap sur les Communes de Kalalè, Nikki, Bembèrèkè, Malanville, Banikoara et Kandi. Accueilli en liesse, le président de la République a expliqué dans les moindres détails aux populations les actions et réformes entreprises par le gouvernement du Nouveau départ depuis avril 2016. Au terme de cet exercice, Patrice Talon a pris des engagements avec les populations desdites Communes.

 

Kalalé séduit et appelle Talon à poursuivre la dynamique

L’exercice de reddition de compte entamé par le président Talon a connu un moment particulier le vendredi 13 novembre 2020 dans la Commune de Kalalé. La cité des Bio Mansa n’est pas la plus gâtée par les réalisations du quinquennat 2016-2021 mais elle est convaincue de la pertinence de la dynamique en cours. D’ores et déjà, elle a garanti au chef de l’Etat son soutien pour un second mandat. Après avoir écouté les différents intervenants, le président de la République a exposé les points saillants de ses actions qui permettent d’affirmer que « le rôle de l’Etat au service du bien commun fonctionne mieux ». Entre autres points évoqués par le chef de l’Etat, on note l’alimentation en eau potable, la fourniture de l’énergie électrique, les cantines scolaires, la sécurisation du pays avec la diminution des tracasseries policières, la réforme des retraites, l’amélioration de l’état civil avec la délivrance d’actes de naissance sécurisés. Il a partagé avec l’assistance le message d’espoir de ce que le Bénin est sur la bonne voie. Le président Talon n’est pas peu fier de ce qui a été fait en 5 ans. Il a laissé entendre que le gouvernement a travaillé pour les 5, 10 prochaines années tout en précisant qu’il n’y a pas à blâmer les prédécesseurs et qu’il est à souhaiter que nos enfants fassent plus que nous. Tout en reconnaissant que la moisson a été maigre en termes de réalisations au profit de Kalalé durant la mandature finissante, le chef de l’Etat a annoncé de bonnes nouvelles aux forces vives de la Commune. Il s’agit du projet d’adduction d’eau potable dont le démarrage est prévu pour mars-avril 2021, de la construction d’un Centre des jeunes et loisirs bien équipé et surtout du bitumage de l’axe Kalalé-Nikki.

 

Benjamin N. Douté

 

 

Le palais impérial reconfiguré pour revaloriser le passé glorieux de Nikki

Le maire Joseph Gounou Lafia, dans son mot de bienvenue, a remercié le président Talon pour les nombreuses actions menées en faveur de sa Commune. Il n’a cependant pas échappé à la règle des doléances qu’impose une pareille occasion. Et elles sont nombreuses : programme spécial d’assainissement de Nikki, bitumage de l’axe Parakou-Pèrèrè-Ségbana et la construction d’un lycée technique moderne. Le président de la République, la voix chargée d’émotion a apaisé les appréhensions. Pour lui, Nikki est le symbole de notre grandeur passée mais aussi de notre grandeur à venir. Il se dit reconnaissant à Nikki pour ce passé et ce présent qui interpellent. Rebondissant sur une question évoquée par le coordonnateur du comité de contact entre le gouvernement et le roi, relative au projet de construction du Palais royal demandant d’exécuter les travaux suivant l’esquisse initiale, le président Patrice Talon s’est senti un peu embarrassé de devoir exposer une situation dont il aurait aimé discuter avec le roi. Le président de la République a expliqué que le retard observé dans le démarrage de ce projet n’est pas lié aux ressources financières mais plutôt une difficulté d’approche. Il justifie que le plan initial n’était pas pertinent puisqu’il ne s’agit pas d’un palais musée. La proposition du gouvernement est d’ériger le palais sur 5 ha et de boiser le reste du domaine pour l’adapter à des exploitations futures. Il a fini en exhortant les notables et responsables présents d’œuvrer à accepter la nouvelle configuration et à faire confiance au gouvernement. Par ailleurs, le Chef de l’Etat a révélé qu’une version finale de l’arène culturelle est disponible. Il a ajouté qu’une réunion aura lieu très rapidement pour discuter de tous ces dossiers. Et pour clore cette séance d’échanges de clarification et de vérité, un témoignage pour donner raison au président Talon que le Bénin change et se modernise, devant l’assistance. Dame Barikissou a reconnu les bienfaits du micro crédit digital. « Je suis tisserande à Nikki Gamaro. J’ai reçu un crédit de microfinance pour acheter les fils et faire mes pagnes et des takos pour vous rendre beaux et belles », a-t-elle clamé sous un tonnerre d’applaudissements. Pour convaincre davantage, elle exhibe son reçu.

 

Wilfrid Noubadan

  

Aurélie Adam Soulé Zoumarou, native de Nikki : « Le chef de l’Etat porte à cœur les préoccupations de la Commune »

« La rencontre du chef de l’Etat avec la population de Nikki est un grand succès. On l’a vu à son arrivée, pendant la séance et même après. Au cours de la séance, cela a été un moment convivial d’échanges et de partages où le chef de l’Etat a encore pris soin d’expliquer sa méthode, sa vision et de donner l’état des lieux, du pays 4 ans après, ce qui a été réalisé dans le Bénin en général et dans la Commune en particulier et bien entendu, ce qui va être fait. Les participants à la séance ont pu noter avec satisfaction que le chef de l’Etat porte à cœur les préoccupations de la Commune, notamment la route N’Dali-Nikki, Nikki-Kalalé, le Palais impérial et l’accès à l’eau potable et à l’énergie pour le Bénin et la Commune. La population est en liesse et c’est déjà un grand honneur que le chef de l’Etat ait marqué cette étape de Nikki car ce n’est pas toutes les Communes qui ont eu la chance de l’accueillir. La Cité des Batombou et des Bau a connu la visite du président de la République, ce qui est une grande fierté pour les fils et filles de la Commune, l’empereur, les dignitaires et personnalités de la ville».       

 

 

De bonnes nouvelles à Bembèrèkè

Le manque d’enseignants qualifiés, de routes, d’équipements techniques dans les hôpitaux et la cherté des intrants agricoles. Ce sont entre autres, les problèmes évoqués par le maire Garba Yaya, les sages, les têtes couronnées et les autorités à divers niveaux de la Commune de Bembèrèkè, vendredi 13 novembre 2020. C’était à l’occasion de la tournée du président de la République dans l’exercice de reddition de comptes. Après avoir écouté les doléances, le chef de l’Etat n’a pas manqué d’apporter des éléments de réponses aux différentes préoccupations et d’annoncer de bonnes nouvelles. Ainsi, à la question d’enseignants, le président Talon a laissé entendre que le gouvernement a des moyens de recruter des enseignants, mais le pays n’a pas assez de candidats qualifiés. « Un enseignant à qui vous soumettez une épreuve renforcée de troisième et qui a 07 sur 20. Pouvez-vous lui confier une classe de troisième ?….Le Bénin n’a plus d’enseignants en Maths, dans les matières difficiles, le Bénin est en danger », a-t-il déclaré. Raison pour laquelle le gouvernement a fait envoyer des enseignants pour se faire former à l’étranger. En ce qui concerne la réalisation des infrastructures routières, il a rassuré du démarrage effectif d’ici deux mois des travaux de la route Guessou-Sud-Fô Bouré- Sinendé, longue de 58 kilomètres très importante pour l’écoulement des produits et la promotion de l’économie locale. S’agissant de la pauvreté du plateau technique dans les formations sanitaires, « nous n’avons pas beaucoup avancé », a reconnu l’hôte de la Cité des Wèwèré Boun. « Nous avons entrepris le diagnostic et un certain nombre de centres de santé ont été ciblés pour être réhabilités. Une douzaine pour la première phase… Il y a de la programmation mais je n’aime pas parler de ce qui n’est pas fait », a déclaré le chef de l’Etat. D’autres sujets relatifs à la Présidentielle d’avril 2021 notamment la participation de la Force cauris pour un Bénin (Fcbe), parti dont est issu le maire Garba Yaya, l’obligation aux employeurs de souscrire à l’assurance maladie et l’opérationnalisation des réformes en faveur des têtes couronnées n’ont pas été du reste des discussions. A propos de ce dernier sujet, Patrice Talon a dit en faire une priorité malheureusement ralentie par la crise sanitaire due au Covid-19. Sur l’avenir du Bénin après 2021, l’heure n’a pas encore sonné pour être abordée. « …Pour le moment, je suis venu vous dire ce que nous avons fait. Il serait décent de revenir vers vous pour parler de l’avenir, de ce que je pense, … et que vous devinez », a conclu l’actuel locataire du Palais de la Marina.

 

B.D

Banikoara va rattraper son retard

Bastion cotonnier du Bénin, Banikoara ne dispose pas d’infrastructures. En tournée dans la Cité des Bani Gansé le samedi 14 novembre 2020, le chef de l’Etat s’en est rendu compte. Des propos du maire Bio Sarako Tamou et du porte-parole des associations de développement, le chef de l’Etat a pu se rendre compte que Banikoara nourrit des frustrations et juge qu’il reste beaucoup à faire. En effet, cette commune a été pendant longtemps considérée comme le vaillant guerrier bariba dont on ne se souvient qu’à l’heure du combat, a fait constater, l’édile de la ville. Aussi, ont-ils présenté un long chapelet de doléances, sûrs que leur interlocuteur a le remède pour panser les plaies du bastion cotonnier du Bénin. Asphaltage, bitumage de routes inter-Etats et inter-Communes, énergie électrique, électrification rurale, création d’un institut de recherche sur le coton à Banikoara, initiation d’un Programme spécial de reboisement intensif, amélioration de l’alimentation en eau potable et construction de retenue d’eau pour les bétails, sont entre autres les doléances formulées. En réponse, le chef de l’Etat a dit bien comprendre la frustration des fils de la Cité des Bani Gansé et leur cri de cœur. Et avant de répondre à leurs préoccupations, il s’est employé à faire l’état de la Nation et évoquer avec eux ce qui reste à faire. Constatant que les fruits ont commencé à tenir la promesse des fleurs, l’homme du Nouveau départ assure que son gouvernement n’a été que le détonateur des réformes salvatrices dont le Bénin a besoin. Signe des avancées ou de l’amélioration des services de l’Etat à la communauté, le président de la République a évoqué pêle-mêle, l’état civil, la réforme rendant la pension de retraite disponible dès la fin du premier mois suivant le départ à la retraite, une meilleure sécurité grâce à la police républicaine. Un brin chahuteur, le président Patrice Talon observe que Banikoara fait exception à la rhétorique de l’argent qui ne circule car, dans cette Commune, la valeur du travail permet à chacun de ne pas attendre l’aide d’un parent pour se prendre en charge. Il va plus loin en arguant que son gouvernement a donné priorité au service au plus grand nombre car tous les Béninois cotisent dans les caisses de l’Etat mais ils sont nombreux à n’avoir accès à rien. « C’est cela que nous nous sommes attelés à corriger », soutient le président de la République. « Et donc l’argent ne circule plus mais il travaille. Ce qui fait que tout le pays est en chantier », a-t-il insisté. Pour finir il va rassurer que « chacun peut être sûr que ce qu’il n’a pas obtenu, il l’aura ». « N’ayez crainte ! Banikoara va rattraper son retard. Banikoara aura ce qui lui est dû pour son rang de premier de la classe », a promis le chef de l’Etat.

 

Wilfrid Noubadan

 

 Le président Talon promet des infrastructures de qualité à Kandi

« Je veux prier les populations de Kandi de ne pas regarder seulement ce qui est fait aujourd’hui et hier à Kandi, mais de savoir que les doléances qui ont été énumérées ici, qu’une bonne partie est déjà en cours de réalisation. Les études, les plans d’exécution, les financements sont déjà mobilisés. Je veux parler d’électricité et de l’eau pour lesquelles beaucoup de choses sont déjà presque engagées, mais qu’il faut mettre du temps pour voir parce que cela demande de temps pour que ce soit fait qualitativement ». Ce sont entre autres, les propos tenus par le chef de l’Etat à Kandi samedi 14 novembre 2020, à l’occasion de la troisième journée de sa tournée dans le cadre de l’exercice de reddition de comptes. Selon Patrice Talon, ce sont les pays dans lesquels les gens ont eu le courage pendant quelques temps de faire des efforts pour construire la base de développement qui deviennent des pays riches. Partant de ce syllogisme, il affirme que le Bénin est désormais sur la voie de devenir un pays riche, un pays développé parce que ce qui permettra au Bénin de se développer est en train d’être construit. Zinatou Saka Osseni Alazi, maire de Kandi n’a pas manqué de remercier le numéro des Béninois pour des réformes entreprises dans le domaine de la sécurité et de l’agriculture. A ses dires, la réforme dans le secteur de la sécurité permet aujourd’hui d’assurer la libre circulation des personnes et des biens sur l’ensemble des axes routiers. « Les mesures innovantes initiées par notre gouvernement ont permis de renforcer l’autosuffisance alimentaire et d’accroitre la productivité des cultures de rente », a-t-elle ajouté.

 

Benjamin N. Douté

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here