Dans la journée du vendredi 4 décembre 2020, le président de la République a fait des révélations sur le fonctionnement des commissariats de Police avant son arrivée au pouvoir. Ainsi, dans cette Commune du département de l’Ouémé, le chef de l’Etat a fait savoir qu’avant 2016, « l’Etat béninois faisait fonctionner ses services publics par l’argent qu’on nous vole ». Cela sous-entend que c’était avec l’argent du rançonnement des populations que les commissariats de Police étaient gérés. A en croire ses explications, depuis son accession à la magistrature suprême, tous les commissariats disposent désormais d’un budget de fonctionnement. Sur ce, il a souligné que le Bénin a réalisé d’énormes progrès sur le plan sécuritaire. De sa déclaration, il ressort que la réforme qui a consisté en la fusion de l’ancienne Gendarmerie nationale et de l’ancienne Police nationale est un succès. Gabriel Ganhoutodé, maire de la Commune d’Avrankou a, après avoir remercié le chef de l’Etat pour la meilleure gouvernance qu’il a imprimée au Bénin, énuméré quelques réalisations dont a bénéficié sa Commune à l’instar des Communes du Bénin. Il s’agit entre autres, de la construction du stade communal omnisports moderne en cours d’achèvement, des travaux d’extension et de densification du réseau électrique, de l’adduction d’eau village dans l’arrondissement de Djomon. Devant les sages, notables, têtes couronnées, enfants et femmes, le chef de l’exécutif communal, dépassé par les prouesses du Pag de Patrice Talon s’est demandé où était caché depuis ce temps, l’artisan de transformation avant de reconnaître qu’il y a un temps pour tout. « Et le temps de la révélation du Bénin est arrivé », a laissé entendre Gabriel Ganhoutodé. Ainsi, saisissant l’occasion, il a rappelé au gouvernement les chantiers en souffrance, notamment le bitumage de la bretelle Takon-Kouti-Avrankou, le tribunal des 3A et le Grand hôpital de zone des 3A, les axes Avrankou-Djomon voire la route Porto-Novo-Adjarra-Avrankou-Igolo en état avancé de dégradation.

 

Benjamin N. Douté

« Nous avons tué le microcrédit »

Habillé en son  modèle « Goodluck » blanc impeccable, le président de la République, continue de sillonner les Communes du Bénin. Vendredi 4 décembre 2020,  Patrice Talon était tour à tour à Adjarra après Ifangni. Souriant, détendu,   toujours disponible,  le chantre de la Rupture, plus à l’aise que jamais, s’évertue d’entretenir  ses hôtes sur  ce qu’il a gardé comme leçons du quinquennat. Le ton humoristique adopté, n’exclut pas quelques vérités qui font parfois mal. A Adjarra par exemple, Patrice Talon a mis  l’accent  sur les microcrédits.  Selon lui, plus de  30 milliards de francs ont été détournés du système des microcrédits avec la responsabilité des responsables des Sfd  pendant la gestion de l’ancien régime. « Nous avons à divers niveau de responsabilité,  de la base au sommet, jusqu’aux autorités politico administratives, tué le microcrédit», a-t-il laissé entendre.   C’est pour cela que son   gouvernement a réfléchi et mis en place un nouveau modèle de microcrédit dénommé « Microcrédit Alafia ». A la différence de ce qui se passait avant,  ce dernier ne sera pas géré, a-t-il par  leaders politiques. « La couleur politique importe peu. Tout le monde paie les impôts. Donc, l’argent commun doit bénéficier à tous,  peu importe la couleur politique », a-t-il ajouté.

 

WN

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here