15 ème circonscription électorale : Hermann Dimitri Adankpo redonne confiance à la Jeunesse

0
535




La coalition des forces politiques de la 15ème circonscription électorale pour une nouvelle dynamique Cfd-Nd a initié ce samedi 26 mai 2018 une journée de réflexion et d’analyse sur l’actualité nationale du Bénin. C’était à la salle Mathieu Kérékou à Akpakpa.

La journée de réfleexion pour la Cfd-Nd a été une occasion pour les membres de ce regroupement politique de passer en revue les différentes actions du chef de l’Etat Patrice Talon en réaffirmant leur soutien à ce dernier. « En cette période de désinformation, de manipulation et surtout de récupération, vous comprenez le besoin impérieux que nous avons d’expliquer à la population et particulièrement à nos partisans les sujets d’actualité qui ont plus ou moins un impact sur leur vie » a précisé le président de la Cfd-Nd dans son discours d’ouverture des travaux. Cosme Gnaho a appelé les militants à soutenir Patrice Talon dans ses réformes et surtout dans la lutte contre la corruption. Parmi les sujets abordés au cours cette journée de réflexion figure la question de l’avenir de la jeunesse béninoise. Une communication présentée par Hermann Dimitri Adankpo, l’un des tout premiers soutiens de Patrice Talon. Selon le communicateur, pour que la jeunesse ait son mot à dire dans la construction de ce pays, elle doit cesser d’être manipulée. « Vous dites jeunes au pouvoir et vous élisez en fin des comptes des vieux à plus de 80 ans. Vous vous mentez. Se mentir conduit toujours à l’échec. Nous sommes capables d’élire des gens propres, nous sommes capables d’élire des gens de notre génération, organisons-nous et allons les élire au lieu de jouer avec notre propre conscience » a-t-il martelé. Hermann Dimitri Adankpo annonce que la force de la jeunesse va s’exprimer lors des législatives de 2019 et des élections présidentielles de 2021. « Vous allez tout bousculer, tout déranger, vous allez arracher la majorité écrasante en 2019 et ils diront que c’est la fraude. Quand vous allez leur prendre presque la totalité des mairies, ils vont dire que c’est la fraude. Eux, ils sont entrain de danser, de pleurer, de faire des déclarations, mais nous, nous travaillons de quartier de ville en quartier de ville, de village en village, de hameau en hameau. Quand on va leur prendre le second mandat, ils diront que c’est la fraude. Ils passeront tout leur temps à parler de fraude et nous, on évoluera » a laissé entendre ce chantre de la rupture. Lire ci-dessous l’intégralité de son message.

Marcus Koudjènoumè



Message de Hermann Dimitri Adankpo à l’endroit de la jeunesse de la 15 ème circonscription électorale

Il y a quelques petites années, vous avez décidé en tant que jeunes organisés, en tant que jeunes progressistes. Vous avez décidés d’élire à la tête de ce pays un homme qui n’est pas dans le système des autres. Quand vous avez commencé les anciens, les traditionnels se sont moqué de vous. Ils ont dit que vous n’allez pas prospérer. Que votre projet ne peut pas prospérer. Le projet a prospéré, vous devez en être fier. Vous avez battu les grands, ça c’est la première chose à retenir. La deuxième chose, c’est qu’ils ont dit que ce monsieur, homme d’affaire qu’il soit ne peut pas lutter contre la corruption, il ne peut pas lutter contre l’impunité parce qu’ils ont dit qu’il a des amis partout. Qu’il a des amis à l’assemblée nationale, qu’il a des amis au gouvernement, qu’il a sa famille et ses proches qui sont dans la corruption donc qu’il ne peut pas pousser le petit pouce. Quand il a commencé avec Segub, ils ont dit que Ségub, c’est petit. Quand il a commencé avec Bibe, ils ont dit avec Mètognon que c’est de l’acharnement, quand il a mis la main sur le Dg Soneb, on a dit ça, c’est petit poisson ce n’est pas encore gros. Qu’il ne peut pas faire assemblée nationale et quand il a commencé assemblée nationale, on parle toujours d’acharnement. Comme vous le savez, Patrice Talon fera ICC-Services, il fera Cen-Sad, il fera machines agricoles et les gens sauront que c’est vraiment Agbonon.



Des directeurs d’établissements ont mal géré les cantines scolaires avec des détournements de sac de riz. Et on leurs noms a été publié en conseil des ministres. Des gens d’en face qui n’ayant pas d’arguments ont commencé par dire, pour cette petite chose là ? Après Patrice Talon a dit Assemblée nationale, on a commencé à faire des révélations. Ceux qui ont dit qu’on ne doit pas publié des noms en conseil des ministres réclament maintenant les noms en conseil des ministres. Ils auront les noms, ils auront plus que des noms. Patrice Talon a réclamé la facture d’électricité à un ancien chef d’état. Les gens croyaient que la lutte contre la corruption, c’est comme hier ou on prend les voleurs de coq et on les laisse en prison indéfiniment et ceux qui ont détourné les fonds publics ne seront pas inquiétés. Il a dit non, il a réclamé la facture d’électricité à un chef d’état. Ça c’est ce qu’on appelle la bonne foi. Après il est allé à quelque part demander facture dans une institution, dans une maison de télévision. Il a demandé des impôts. On a dit c’est parce que le monsieur est opposant. Quand il prend un opposant, on dit que c’est parce qu’il est opposant, quand il prend un mouvancier, on dit que c’est parce qu’il va dans l’opposition demain. En réalité, il travaille pour le pays. Dites aux étudiants qu’ils ne peuvent pas avoir de bus confortables, qu’ils ne peuvent pas cesser de trouver des charançons dans leurs nourritures si une seule personne à la Ccib est en mission à Lagos, à Tokyo à Cotonou le même jour et prend des millions pour ces missions le même jour. Si ça continue, il y aura toujours de charançons dans les nourritures sur le campus. Si ça continue ainsi, il n’y a pas question de demander d’emploi. On ne peut pas laisser un douanier qui a pris fonction un 1er janvier et vers décembre de la même année, il a déjà quatre maisons à étages. Il n’a pas d’emplois possibles dans de telles conditions. On ne gère pas un pays avec des larmes, des bassines de larmes à Djèffa. On gère un pays par méthode, on gère un pays par rigueur, on gère un pays par expérience.

Ce monsieur Talon a créé la Sdi en 1985. Il n’y avait pas Boni Yayi. Il n’y avait pas Nicéphore Soglo. Il n’y avait même pas le Kérékou démocratique. Il parait même qu’en terminal, au Ceg Davié, il vendait déjà même du piment sur l’Italie. C’est un parcours, quand on a rien fait dans sa vie, quand on tombe dans le pouvoir accidentellement, on ne peut que nous produire des choses du genre nouveau siège de l’assemblée nationale. Il ne faut pas que ceux qui ont bâti la tour administrative qui coule de l’eau aujourd’hui, il ne faut pas que ceux qui ont fait les échangeurs qui se dégradent sans réception, il ne faut pas que ceux qui ont construit les logements sociaux à coup de milliards dans la brousse pour les chauves-souris continuent à vous donner de leçon. Ils ont fait leur preuve dix ans durant. Il faut laisser Patrice Talon faire ses preuves, il a dit cinq ans. Si Dieu lui en donne en plus, il le fera. Chacun à son tour chez le coiffeur. Lorsque dans l’administration, la dame est à 200 mille francs et se tape une maison qui est à cent million chaque année. Quel est le type d’emploi que vous les jeunes vous aurez. Vous n’en aurai pas. Ça se paye cache. Nous avons l’habitude de dire « nous cherchons du travail….. Le peuple a fait ». Et on croit qu’il n’y a pas de lien entre ces comportements dans l’administration et l’emploi. On croit qu’il n’y a pas de lien entre la lutte contre la corruption et la faim. Aucun chef d’état fut-il magicien ne peut pas vous donner d’emploi lorsque la corruption continuent par régner dans l’administration, ce n’est pas possible.

Mes chers amis jeunes,

je voudrais vous conseiller de vous organiser. Comme ce que j’ai vu dans cette salle là. Vous n’avez pas besoin d’être des millions pour vous organiser pour faire en sorte que les aînés vous écoutent. Nous disons souvent que c’est nous qui faisons le pays, que c’est nous qui élisons les députés, maires et conseillers et qu’on doit nous écouter. Nous sommes incohérents. Vous dites jeunes au pouvoir et vous élisez des vieux à plus de 80 ans. Vous vous mentez. Se mentir conduit toujours à l’échec. Si nous somme capables d’élire des gens propres, si nous sommes capables d’élire des gens de notre génération, organisons-nous et allons les élire au lieu de jouer avec notre propre conscience. Il ne suffit pas seulement de se retrouver dans une salle. Le peuple dit une chose, vous devez le constatez : « nous savons qu’il travaille, nous savons que ce qu’il dit n’est pas mal mais on a faim ». Ça veut dire que le peuple comprend et sait que progressivement ça peut murir ce que Talon est en train de faire. Il n’est pas bête. Dites leur, qu’en mars 2019 nous allons prendre l’assemblée nationale avec une majorité écrasante et rien ne va se passer. Nous allons montrer que c’est nous qui avons élu Talon. Le peuple qui a aujourd’hui en possession des millions de francs cfa sous Talon avant d’aller dans les champs de Coton va trancher dans les urnes. Le peuple du zou qui vend son anacarde aujourd’hui à 600 francs au lieu de 200 francs hier va trancher dans les urnes. Le peuple qui a 250 enfants dans Bénin Taxi, dites leur de voter contre Talon et ils vont vous gifler.


J’entends souvent des gens qui disent : ‘’ On ne mange pas la voie’’. Dites à ceux qui le disent qu’ils sont incohérents. On mange bel et bien la voie. Il y a des centaines d’ouvriers sur les voies qui se bâtissent, qui ont l’argent de semaine les week-ends, qui commencent par faire les tontines en achetant les motos, achètent du pain, du maïs et quelques bananes pour leurs femmes qui font le commerce. Ils commencent à marchander le prix des parcelles et pensent à construire. Et quand quelqu’un commence à construire, il nourrit le maçon, le ferrailleur, l’électricien, le plombier, le peintre. C’est la route qui fait générer tout ça. Voilà comment on mange la voie et sur une voie où on met les infrastructures, les vendeuses dans le petit commerce du pain, du haricot, de l’eau se multiplient. C’est comme ça un pays se lève. Ce n’ai pas avec des bassines de pleures à Djèffa qu’on construit un pays. Patrice Talon bâtit le pays pour nos enfants, nos jeunes frères, pour notre avenir. Il assainit l’environnement pour notre santé. Il construit la route des pêches pour qu’il y ait plus de belles voitures, pour que le transport se développe davantage, pour qu’il ait plus d’emploi, pour que le tourisme devienne une réalité chez nous. Mes amis, il y a des multimilliardaires qui quittent Abuja pour passer leur week-end à Accra. Il y en a qui quittent Londres pour se reposer à Accra parce que les gens ont mis les conditions là-bas. Avec la route des pêches, quand ils vont démarrer de Abuja pour aller à Accra par voie terrestre désormais, ils pourraient se dire quelque chose se passe ici. On peut faire quelques heures ici avant de continuer. Ça, serai une preuve qui montre que le pays est entrain d’être bâti. Allez leur dire que nous verrons clair dans Icc service, Assemblée nationale, Cen-Sad, machines agricoles. On ne veut pas la mort du pécheur. On prendra celui qui a pillé le pays, il remboursera et il sortira. Pas de cadeau à faire dans ce sens.

Mes chères mamans,

ce n’est pas seulement les enfants des autres qui vont se mettre en boubou bien cousu avec de grosses voitures pour vous parler de politique. Vos enfants aussi doivent aussi mettre les beaux habits, prendre avion pour aller se reposer en Europe, revenir vous chercher pour vous soigner à Paris ou Washington. Vous le méritez et pour espérer avoir cette belle vie, il faut détruire les nids de corruption pour que nous vivions dans une nation juste et paisible. C’est ce que Patrice Talon veut pour nous. Lorsque l’enseignant niveau Bepc est à environ quatre vingt dix mille francs cfa, qui n’est pas suffisant pour lui et je suis d’accord, il faut que le pays pense aussi à la vendeuse de bouillie pour qu’il y ait équilibre. C’est de ça qu’il s’agit et c’est de ça que parle Patrice Talon.

Les jeunes !

Vous allez tout bousculer, tout déranger, vous allez arracher la majorité écrasante en 2019 et ils diront que c’est la fraude. Quand vous allez leur prendre presque la totalité des mairies, ils vont dire que c’est la fraude. Eux, ils sont entrain de danser, de pleurer, de faire des déclarations, mais nous, nous travaillons de quartier de ville en quartier de ville, de village en village, de hameau en hameau. Quand on va leur prendre le second mandat, ils diront que c’est la fraude. Ils passeront tout leur temps à parler de fraude et nous, on évoluera. Soyez forts. Allez briller, fils du soleil.

LAISSER UN COMMENTAIRE