La Présidentielle  du 11 avril prochain sera une fête. Ce vœu fait par le président Patrice Talon, pendant sa tournée nationale, a été l’une des convictions politiques exposées et défendues  dimanche 21 février 2021, sur les plateaux de Canal3 par Beaugard Koukpaki, Directeur de l’Ecole politique de l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn). Pour l’invité des journalistes André Dossa et Herman Aniambossou, cette élection sera non seulement une fête, mais  aussi un moment pour le peuple d’exprimer sa reconnaissance au chef de l’Etat Patrice Talon. Puisqu’ il a eu un bilan à nul autre pareil depuis 1960. Pour Beaugard Koukpaki par ailleurs, le Bénin appartient à tous, et non à quelques individus qui sont dans la logique de « déstabilisation » et  tiennent des discours « creux ». « Hier le processus n’était pas bon pour eux. Mais ils se sont empressés d’aller déposer leurs candidatures en duo », a-t-il dénoncé. L’invité s’offusque contre cette logique de l’opposition qui se conforme à un aspect de la loi, et ne se préoccupe pas du reste. Avant d’ajouter que « Ce n’est pas ce qu’ils disent au peuple qu’ils font. Les gens sont trop passionnés par la politique politicienne. Cela devient de l’utopie  lorsque vous interprétez à tort les décisions et lois votées. Vous êtes un handicap pour le peuple. Les théories de l’université sont différentes de la pratique sur le terrain », a-t-il déclaré. Le processus électoral en cours, et les institutions de la République jouent leur partition. Pour lui, c’est le signe du dynamisme de la démocratie. A ce propos, il a critiqué la position de Reckya Madougou, candidate recalée du parti « Les démocrates » à la Présidentielle du 11 avril prochain. Car pour lui,  « ceux qui n’ont pas pu convaincre au sein de  leur parti politique, ne pourront pas convaincre le peuple ». Au demeurant, poursuit-il,  la candidate du parti « Les démocrates » devrait s’estimer heureuse que la Cour constitutionnelle ait  accepté de l’inscrire il y a quelques semaines seulement sur la liste électorale.

 

Wilfrid Noubadan

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here