Un affrontement entre populations de Pabégou dans la Commune de Copargo et la Police républicaine a fait quatre morts et cinq blessés. C’était mardi 23 février 2021. Selon Alfa Mama, chef d’arrondissement de Pabégou, l’altercation ayant occasionné deux morts dans le rang des populations et deux blessés du côté de la Police républicaine fait suite à la réclamation de la tête d’un cycliste tué par les populations de Corgoné et saisie au commissariat. « C’est les populations de Pabégou qui sont venues au commissariat pour réclamer la tête du cycliste tué. Elles ont commencé par défoncer les portes et les fenêtres du commissariat. Une situation qui s’est soldée par des échanges de tirs de balles et des jets de pierres. Ce qui a occasionné deux blessés du côté de la Police, deux morts et trois blessés dans le rang des populations », a-t-il expliqué. Au dire de ce dernier, la situation est partie de la mort d’un cycliste qui a tué le fils du roi de Pabégou sur la voie du champ. « L’incident s’est produit dans l’arrondissement de Corgoné. C’est le fils du roi de Pabégou qui allait au champ dans la matinée et sur la voie, il y avait un cycliste. Ce dernier n’a pas voulu lui céder la voie malgré les coups de classons. Il a réussi à le contourner. Il l’a grondé quand il s’est arrêté. Le cycliste a fait usage de la machette et l’a tué sur place. Les deux enfants que remorquait la victime à bord de sa moto ont alerté la population de Corgoné qui a amputé la tête du cycliste. Elle a ramené la tête à Pabégou. C’est là, le commissaire m’a appelé et m’a confié qu’il a vu le délégué et le roi et il a déjà saisi la tête et qu’il a rendu compte au procureur », a déclaré le chef d’arrondissement Alfa Mama avant de préciser que cette situation a fait au total quatre morts et cinq blessés. « Les lieux sont encadrés. Les populations regrettent déjà l’acte posé. Ce qui témoigne que le calme est revenu », a-t-il rassuré.

 

Benjamin N. Douté

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here