« La conception du professeur Théodore Holo a plongé le pays dans une incertitude constitutionnelle », a déclaré dans un entretien accordé à la presse le Consultant politique de E-Télé mardi 12 janvier 2021. Selon Agapit Napoléon Maforikan, Théodore Holo a eu le génie de sortir de son chapeau la décision Dcc 15-156 du 16 juillet 2015, suivant laquelle 39 ans + 1jour font 40 ans, afin de permettre à quelqu’un qui n’avait pas 40 ans de pouvoir se porter candidat à l’élection présidentielle. Alors que, la Constitution dit clairement qu’il faut être âgé de 40 ans au moins à la date de dépôt de sa candidature. A en croire Agapit Napoléon Maforikan, le professeur Holo se fait péremptoire à travers ses arguments développés sur des notions relatives, malgré son rang de « sommité » dans le monde universitaire et tout le respect qui en découle. Par rapport aux décisions de la Cour  Djogbénou sur le parrainage et la prolongation du mandat  du chef de l’Etat, le Consultant politique s’offusque de ce que pour l’ancien président de la Cour constitutionnelle « la Cour n’a pas assumé sa fonction de régulation en se déclarant  incompétente ». Sur les mêmes propos du professeur, l’expert électoral se demande  s’il s’agit dans ce cas d’une fonction de régulateur ou celle de contrôle de constitutionnalité de la Cour. Toutefois, a-t-il précisé, « l’action de régulation ne peut pas primer sur le contrôle de constitutionnalité, qui ne peut être par ailleurs supérieur à celui du peuple souverain. « Ce qui se passe actuellement est un recentrage des pouvoirs de la Cour constitutionnelle dans son rôle régalien et dans le souci du respect de la suprématie du peuple sur tous les organes institués », a ajouté le Consultant politique.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here