Des partis et personnalités ne partageant pas les mêmes aspirations que le pouvoir en place ont mis en place, le Front pour la restauration de la démocratie (Frd). Hier mardi 13 janvier 2021, le Consultant politique et Expert électoral, Agapit Napoléon Maforikan a décrypté l’opportunité de ce regroupement, ses chances de survie et surtout ce qu’il doit faire à quelques semaines de la Présidentielle du 11 avril. C’était au cours de l’émission spéciale « Regards croisés sur l’actualité nationale » sur la chaîne de télévision E-Télé.

« L’Opposition est dans le défi à la démocratie ». C’est sans ambages ce que pense Agapit Napoléon Maforikan de la mise en place du Front pour la restauration de la démocratie (Frd) par les partis ‘’Dynamique unitaire’’, ‘’Les démocrates’’, ‘’Grande solidarité républicaine’’ et le ‘’Rassemblement Joël Aïvo’’. Selon le Consultant politique et Expert électoral, les membres fondateurs de ce regroupement politique, par leurs actes au quotidien, s’inscrivent délibérément sur le registre de ceux qui veulent s’imposer aux institutions de la République. Or, en matière de démocratie, un individu ne dicte pas sa loi à l’Etat. Il respecte plutôt les lois en vigueur et les institutions mises en place. Dans aucun pays au monde, a-t-il indiqué, la démocratie signifie la primauté de l’individu sur l’Etat. La démocratie, c’est l’Etat de droit, le respect des institutions, être des citoyens modèles. « Dans quel pays démocratique vous allez voir des gens faire tout ce qu’ils veulent ? Dans quel pays vous allez voir des individus prendre la place des institutions et deviennent péremptoires au point de dénier à celui qui a reçu un mandat électif son autorité ? Au Bénin, des individus jugent ce que le peuple a organisé à travers la Constitution. Et lorsque je vois parmi eux des enseignants, je me demande si le chef de l’Etat n’a pas raison de dire que l’université forme au bavardage. Car, quand ceux qui sont sensés dispenser le savoir se mélangent les pédales, il y a un problème», a-t-il illustré. Pour Agapit Napoléon Maforikan, il urge de sensibiliser ces acteurs politiques qui, à la veille de chaque élection, créent une insécurité intellectuelle et embrouillent tout le monde avec leur approche de la démocratie. « Il n’y a pas de démocratie à restaurer. Ce qu’il a à faire, c’est de parfaire l’obéissance à l’Etat de droit et non la désobéissance. C’est inconcevable de restaurer la démocratie dans un pays où l’opposition a la liberté d’aller et de venir, la liberté de critiquer le chef de l’Etat », a-t-il insisté. Dans cette veine, l’ancien conseiller à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication pense qu’il y a lieu de sensibiliser les membres de ce prétendu Front aux spécificités de la démocratie, ceux-là qui ont horreur de l’accalmie dans le pays et qui, à la veille des élections, inventent quelque chose pour distraire le peuple.

 

Joël Samson Bossou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here