Alors que la Société béninoise d’énergie électrique a annoncé l’actualisation de sa grille tarifaire, des esprits mal intentionnés font croire à l’opinion qu’il s’agit d’une augmentation tarifaire. Or, cette réforme est indispensable pour l’amélioration de la qualité des services offerts par la Sbee.

Subventionné par l’Etat depuis janvier 2020 en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, la nouvelle grille de la Sbee sera appliquée aux consommateurs dès le mois prochain. Cet ajustement de la Sbee est lié en fait à une réforme tarifaire qui vise à assurer l’équilibre financier du secteur de l’énergie. En effet, pour améliorer la qualité du service aux populations et entreprises avec la suppression du délestage, le gouvernement a consenti de lourds investissements permettant d’amoindrir les perturbations sur le réseau électrique. Ce qui a permis la division par plus de 5 du temps moyen de coupure qui est passé de plus de 75 heures en fin 2015 à moins de 13 heures aujourd’hui, le temps moyen de dépannage qui est passé de plus de 10,6 h à moins de 2 heures aujourd’hui, la longueur historique de construction de réseau en terme d’extension par exemple pour la haute tension qui est presque 70% en plus de ce que le gouvernement a hérité depuis 2016. Les deux (02) associations de consommateurs ont aussi marqué leur adhésion à la réforme tarifaire de la Sbee après avoir reconnu les effets positifs des investissements consentis par le gouvernement pour améliorer le secteur. Outre l’amélioration de la qualité du service, le relèvement tarifaire est une exigence de la plupart des partenaires techniques et financiers à savoir la Banque mondiale, la Bad, l’Union européenne, etc. Cela, en vue d’assurer l’équilibre financier du secteur et d’améliorer durablement ses performances. L’actualisation de la grille tarifaire de la Sbee est également une des exigences qui conditionnent le décaissement des fonds de Mca Bénin II, un programme dédié à la restructuration et à la modernisation du sous-secteur de l’énergie électrique au Bénin à travers un accord de don du gouvernement américain d’un montant de 375 millions de dollars Us, dont 275 millions de dollars Us fermes et 100 millions de dollars Us conditionnels. Des études qui ont été faites et dont l’Autorité de régulation de l’électricité (Are) est dépositaire, il ressort que quatre (04) faiblesses majeures affectent la rentabilité de l’exploitation et la trésorerie des opérateurs du secteur. Il s’agit des taux de pertes élevés (techniques et non techniques), du faible taux de recouvrement des créances clients qui se traduisant par un montant élevé de provisions sur clients douteux et un délai moyen de recouvrement relativement long, du recours par la Sbee à des sources d’approvisionnement onéreuses pour combler l’insuffisance de l’énergie fournie par la Ceb et des tarifs, en niveau et en structure, en décalage par rapport au coût du service.

 

La nécessité d’ajuster les tarifs

 

Cela fait 11 ans que la grille tarifaire de la Sbee n’a pas été actualisée. Ce refus de faire le nécessaire de la part du gouvernement précédent pour des raisons de calendrier électoral, a contribué aux difficultés de la Société béninoise d’énergie électrique et à la situation chaotique des prestations observée avant 2016. Si le nécessaire avait été fait on ne serait sans doute pas en train de parler de baisse des prix en ce moment. En approuvant le réajustement tarifaire, le gouvernement a adopté des mesures sociales d’appoint et a décidé de mettre en place un mécanisme de subvention transitoire ciblé et limité dans le temps, afin d’éviter le choc du relèvement tarifaire aux populations vulnérables ainsi qu’aux entreprises à important enjeu de compétitivité et de les aider à faire face à l’impact du poids de la facture d’électricité. Les subventions du gouvernement montrent le sens des responsabilités de la gouvernance actuelle pour la fin des délestages et la disponibilité de l’énergie. Des analyses claires constituent la base de la détermination des coûts afin que le client sache clairement sur quelle base sa facture a été établie. Un tarif social est maintenu pour protéger les plus démunis. L’Are dans ses prérogatives joue en permanence un rôle de régulateur entre les parties prenantes du secteur de l’énergie électrique (le ministère de l’Energie, la Sbee, la Ceb et les nouveaux opérateurs privés du secteur).

 

Abdourhamane Touré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here