Le porte-parole du gouvernement s’est prononcé sur l’actualité relative aux actes de violences perpétrés dans les villes de Savè, Bantè et  Bénin et Parakou.  Selon Alain Orounla, « le gouvernement a pris ses responsabilités » en faisant intervenir l’Armée pour libérer les infrastructures routières prises en otage par les manifestants au regard de l’ampleur que prenaient les manifestations. Lire des extraits de l’entretien sur la radio allemande Deutsche Welle jeudi 8 avril 2021.

Deutsche Welle : Comment se déroule la campagne qui s’achève ce vendredi en vue de la Présidentielle du dimanche 11 avril 2021 ?

 

Alain Orounla : La campagne se déroule très bien. Les différents candidats sont sur le terrain. Ils parcourent le pays à la rencontre des populations pour la ventilation de leur programme. C’est ce qui est observé avec le duo Talon-Talata qui a sillonné une quinzaine de villes pacifiées pour délivrer son message.

 

Dans le même temps, l’opposition manifeste dans le centre et le nord de votre pays. Bilan un mort et six blessés par balles. Comment l’expliquez-vous ?

D’abord, ce n’est pas l’opposition qui manifeste. L’opposition a deux duos de candidats qui sont en train de battre campagne. Il y a eu effectivement des échauffourées qui sont l’œuvre de badauds, de vils individus recrutés sans doute par des mercenaires et des apatrides qui ont été drogués et armés pour semer de troubles dans quelques villes bien circonscrites. Pendant deux jours, notre gouvernement a pris de la hauteur, a considéré que bien qu’illégales, ces manifestations étaient des mouvements d’humeurs qui ne mettaient pas en péril la paix publique et la vie des Béninois. Mais dès lors que cette tolérance a été perçue comme une faiblesse et comme de nature qu’on aille plus loin dans l’escalade, et compte tenu des risques de paralysie de certains axes routiers, des risques de troubles à l’ordre à l’ordre public et des menaces qui commençaient à peser sur les citoyens, le gouvernement a pris ses responsabilités en instruisant les forces de défense de dégager ces routes. Il ne s’agit donc pas de manifestations qui auraient été repoussées, il s’agit plutôt de vandalisme et de saccage qui ont été repoussés.

 

Source : Deutsche Welle

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here