Poursuivant sa tournée dans les Communes, le président Patrice Talon a, jeudi 12 novembre 2020 à Savè et Tchaourou, appelé au pardon après les violences postélectorales de 2019. Cette déclaration du chef de l’Etat n’a pas laissé indifférent le président de l’Association nationale des chasseurs. Pour Yèkini Assika, Patrice Talon est le père de la Nation et c’est en cette qualité qu’il a sollicité le pardon. « Un père qui demande pardon au nom de la Nation, on ne peut que l’écouter car quelqu’un qui refuse de pardonner est un criminel », a-t-il fait remarquer tout en soulignant que l’appel au pardon du président de la République ne peut pas être refusé. Cependant, a-t-il souhaité, il faut que le président Patrice Talon dépêche une délégation dans les familles éplorées lors des événements liés aux législatives d’avril 2019 pour présenter les condoléances au nom de la République et les assister afin que cette page soit définitivement tournée. « Même sans leur donner de l’argent, ce simple geste suffira et va ragaillardir les familles parce qu’il y a des gens qui sont morts », a signifié Yèkini Assika qui suggère aussi au président de la République de faire en personne une autre descente avant la fin du mandat pour resserrer les liens avec les populations des villes « rebelles » que sont Savè, Tchaourou et Parakou.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here