La construction d’une Nation moderne requiert parfois des instants d’épreuves malheureuses. C’est le sens à donner aux actes de vandalisme qui ont cours depuis hier, mardi 6 avril 2021 au Bénin, et commandités par l’ancien ministre de l’Economie et des finances, Komi Koutché et sa compagnie réfugiés à l’extérieur.

Les vieux démons sont de retour au Bénin depuis hier, mardi 6 avril 2021. Les malheureux événements d’après les Législatives du 11 avril que les Béninois croyaient relever du passé ont refait surface suite aux appels à l’insurrection de politiciens dont l’ancien ministre de l’Economie et des finances de Yayi Boni, Komi Koutché. Plusieurs infrastructures publiques notamment la Place de l’étoile rouge, le pont péage de Diho dans la Commune de Savè, la résidence du député André Okounlola dans la même Commune, radio Urban et le cabinet de l’ex-maire Charles Toko ont été vandalisés puis incendiés par des personnes non encore identifiées. A l’origine de ces actes, des vendeurs de peur, de violence et de haine qui, au lieu d’éduquer le peuple aux vertus de la démocratie, œuvrent à l’entraîner sur des sentiers incertains. Incapables de hisser le Bénin sur les rails du développement en 10 années de gouvernance, ces caciques du régime défunt envient aujourd’hui le président Patrice Talon qui, sans tambour ni trompette, déroule son Programme d’actiondonne de l’espoir aux Béninois à travers ses pertinentes réformes mises en œuvre. La « béninoiserie » aidant, il faut émousser ses ardeurs et compromettre les réelles chances de développement qui sont de plus en plus fortes. C’est mal connaître Patrice Talon. Quoiqu’il se passe, les Béninois vont goûter au bonheur d’un pays émergent. Le pays va rattraper ses décennies de retard sur tous les plans car l’élection présidentielle est la dernière phase du processus de changement enclenché par le Bénin. Après cette étape, le changement longtemps appelé de tous les vœux sera acté. Dans cette course parsemée d’embûches, la République tiendra bon et triomphera malgré les soubresauts des badauds manipulés par les pseudos opposants.

 

Abdourhamane Touré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here