Le préfet du Plateau, Daniel Valère Sètonnougbo, se met sur la même longueur d’onde que ses collègues des départements du Zou, des Collines et du Borgou. A travers l’arrêté N°11/023/Sg/Stccd/Sa du 25 janvier 2021, l’autorité préfectorale interdit la consommation de la chicha dans tous les lieux à usage collectif, fermés ou ouverts, qu’ils soient publics ou privés sur son territoire conformément à l’article 4 de la loi N° 2017-27 du 18 décembre 2017 relative à la production, au conditionnement, à l’étiquetage, à la vente et à l’usage du tabac, de ses dérivés et assimilés en République du Bénin. Tout établissement ouvert au public donnant accès à l’usage de la chicha est passible d’une amende allant de 50.000 à 300.000 francs Cfa, précise l’arrêté. Dans le but de réussir la lutte, le préfet Sètonnougbo invite tous les responsables à divers niveaux à veiller au respect strict de cette décision.

L’Ouémé entre dans la danse

La consommation de la chicha est désormais interdite dans le département de l’Ouémé. C’est la décision prise par le préfet Joachim Apithy à travers un arrêté préfectoral en date du 28 janvier 2021. « L’usage de la chicha (…) est formellement interdit dans les lieux ouverts au public dans le département de l’Ouémé », peut-on lire dans l’arrêté. Cette interdiction intervient après celle prise par les préfectures du Zou, des Collines, du Borgou et du Plateau.

Léonce Adjévi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here