Le gouvernement béninois entend préserver les ressources naturelles des plans d’eau aux fins de sauver les activités économiques dont vivent de nombreuses populations riveraines de ces cours et plans d’eau. Une politique qui, à l’issue du conseil des ministres du mercredi 23 décembre 2020 a conduit à la validation de l’Organisation d’une deuxième opération d’enlèvement des engins prohibés et de répression des méthodes de pêche illicites sur les lacs Ahémé, Nokoué et la lagune de Porto-Novo ainsi que sur leurs chenaux.

Une nouvelle ère s’ouvre pour les cours et plans d’eau du Bénin. Les premières opérations d’enlèvement des engins prohibés et de répression des méthodes de pêche illicites auront comme impact direct aussi de l’amélioration de la qualité de l’eau que de la productivité à travers une augmentation des prises ou des captures. En effet, les ministres intéressés par le sujet sont instruits de prendre les dispositions utiles à l’effet d’organiser une deuxième opération d’enlèvement des engins prohibés et de répression des méthodes de pêche illicites sur les plans d’eau concernés. Cette démarche du gouvernement s’inscrit dans la durée avec le recrutement et la formation des agents de la brigade de surveillance des plans d’eau. Et pour pérenniser ces acquis, les agents de la brigade de surveillance des plans d’eau sont déjà recrutés et leur formation se poursuit en attendant leur déploiement courant premier trimestre 2021. Une décision qui va donner un nouveau souffle aux ressources halieutiques du pays, car plus d’un an après la fin des opérations menées, les constats de suivi effectués par les services compétents  révèlent une recolonisation progressive des plans d’eau. A noter que c’est depuis le 28 mars 2018 que le gouvernement a pris en conseil des ministres l’option d’effectuer des opérations d’enlèvement des engins prohibés et de réprimer les méthodes de pêche illicites sur les cours et plans d’eau. Sur la base de cette décision, d’août à octobre 2019, une première série d’opérations d’enlèvement de tous les engins prohibés ont été effectuées sur les cours d’eau visés. Le succès des premières opérations, au regard des témoignages des populations concernées et bénéficiaires lors de la tournée de reddition de compte du Chef de l’Etat dans les communes était l’amélioration de la qualité de l’eau, mais aussi et surtout de la productivité à travers une augmentation des prises ou des captures.

 

Benjamin N. Douté

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here