Les grands chantiers engagés par le gouvernement du Talon  en matière d’attractivité touristique, de construction d’infrastructures culturelles, de professionnalisation des métiers d’arts et de soutien à l’émergence d’entreprises culturelles innovantes, exigent une revue de l’état des lieux des organisations au sein desquelles agissent et créent la plupart des artistes béninois. Il s’avère donc impérieux d’appliquer une thérapie de choc à la société civile culturelle béninoise. Ainsi,  conformément à ses prérogatives, la Direction des arts et du livre a entrepris sous le leadership du ministre Jean-Michel Abimbola, l’assainissement et de structuration de l’environnement des associations culturelles. Le ministre Jean-Abimbola  a promis vendredi 06 août 2021,  conduire le processus à son terme, à l’issue d’une séance d’échange à laquelle ont pris part les acteurs représentatifs des 07 branches artistiques (les arts plastiques, graphiques et numériques ; la mode, le design et l’artisanat d’art ; la littérature ; la musique ; la danse ; le cinéma, l’image animée et le multimédia ; et le théâtre et les arts de l’oralité).  Dans son intervention face aux acteurs, Jean-Michel  Abimbola a rappelé la détermination du gouvernement à réformer le secteur de la culture avec ou sans la volonté des acteurs. Seulement, pour y arriver, la mise en place du Conseil national des organisations d’artistes (Cnoa) s’avère indispensable. Et pour ce projet, l’autorité a juré de n’avoir aucun compromis avec une quelconque partie, puis réaffirmé sa volonté de travailler en toute impartialité avec les différents camps et de pacifier la société civile culturelle en vue de la création du Cnoa.  Pour se faire, un Comité ad’hoc de cinq (05) membres et présidé par un représentant du ministère, a été mis en place pour l’actualisation des grandes lignes et la validation des projets de statuts, de règlement intérieur et l’élaboration du règlement électoral du Cnoa.

W N

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here