Les députés ont examiné dans l’après-midi du lundi 4 janvier 2021, le projet de loi sur la biodiversité. Après le rapport final présenté à la plénière par la commission du plan, de production et de l’équipement présidée par le député Barthélémy Kassa, les discussions générales ont permis de trouver des palliatifs pour régler les préoccupations des uns et des autres. Le Bénin à travers le vote de cette loi, renforce son arsenal juridique. Cela permet d’avoir une assistance nécessaire de la part de ceux qui ont adhéré au protocole pour conforter la position de contrôleur des Ogm sur le territoire national. S’il y a un protocole du genre, un seul Etat ne peut pas le gérer. Il faut être dans un ensemble de partenariat pour gérer cette philosophie. En matière de compétences nationales pour mieux appliquer cette loi, le Bénin en a abondamment. Et pour cause, le président de l’Association africaine de génétique est béninois, professeur Clément Agbangla. Le plus grand laboratoire en matière de manipulation génétique en Afrique de l’ouest se trouve à Abomey-Calavi. La question que la commission du plan se pose est pourquoi continuer de les maintenir dans le bois ? Le Bénin va se révéler quand? D’où cet appel, il faut tout faire pour que les valeurs béninoises soient vendues à leur juste valeur. Le gouvernement a donc vu juste en prévoyant désormais un chronogramme bien précis pour la mise en œuvre efficace des règlementations. La loi en son article 13 renseigne sur la création du Comité scientifique de la biodiversité. Il est composé de 13 experts membres notamment le chercheur spécialiste de sciences sociales, le chercheur spécialiste de nutrition, le chercheur spécialiste en santé publique, le chercheur spécialiste en toxicologie, le chercheur spécialiste en socio-anthropologie, le chercheur spécialiste de sociologie des maladies et le directeur du laboratoire national de biodiversité. Aussi, la création du Conseil national de la biodiversité, sera-t-elle effective par décret pris en Conseil des ministres. Ceux qui vont violer désormais les nouvelles dispositions et vont empoisonner les populations seront tous démasqués et poursuivis devant les juridictions. Il est à noter que la loi votée à l’unanimité des députés présentés et représentés comporte 96 articles repartis en trois chapitres.

 

Martial Agoli-Agbo (Corresp. Ouémé-

Plateau)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here