L’atteinte portée à l’intégrité physique de l’ancien ministre et candidat à l’élection présidentielle du 11 avril 2021, Ganiou Soglo, dans la nuit du 5 au 6 février 2021 ne restera pas impunie. L’assurance a été donnée par le porte-parole du gouvernement samedi 6 février 2021. « Le gouvernement s’assure de la diligence des investigations promptement entreprises par les services de la Police républicaine afin d’élucider les circonstances et les mobiles de cette agression et d’en appréhender les auteurs », a écrit Alain Orounla sur sa page Facebook. Le ministre de la Communication et de la poste a par ailleurs rassuré « du maintien des mesures pertinentes inlassablement mises en œuvre depuis plusieurs années pour garantir la sécurité des personnes et des biens ainsi que la paix et la tranquillité dans notre pays ». Pour finir, il a témoigné sa compassion et celle du gouvernement  à l’endroit du compatriote agressé et lui souhaite prompt rétablissement.
Benjamin Douté
La Police s’active pour démasquer les auteurs
L’affaire fusillade de l’ancien ministre Ganiou Soglo ne restera pas non élucidée. Les auteurs seront démasqués grâce aux investigations entreprises par la Police républicaine. Pour éclairer la lanterne de l’opinion nationale et internationale, la hiérarchie policière est montée au créneau hier dimanche 7 février 2021. Face à la presse à la Direction générale de la Police républicaine, le porte-parole de la Police républicaine, le commissaire principal Roger Tawès, a laissé entendre que toutes les hypothèses formulées à partir du constat et de la reconstitution des faits seront étudiées pour élucider l’affaire. « Instruite par le procureur de la République près le Tribunal de première instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi, la Police républicaine a aussitôt ouvert une enquête de flagrante délit et s’est portée sur les lieux pour les constatations et une reconstitution des faits en présence du conducteur », a-t-il déclaré. A noter que l’ancien ministre se rendait vendredi 5 février 2021 dans sa ferme située dans le village Avagbé, arrondissement  Kpanroun, dans la Commune d’Abomey-Calavi, quand il a été agressé aux environs de 20 heures sur une piste située à 3km de la voie bitumée. Au dire du commissaire principal de Police, le véhicule de marque Lexus qui transportait le candidat à la Présidentielle du 11 avril prochain a essuyé des coups de feu simultanément sur ses deux flancs. « Son chauffeur a réussi à forcer le passage et a poursuivi son chemin avant de se replier sur Cotonou à 30 km plus loin en prenant un contournement », a souligné le conférencier.
B. N. D

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here