Bio Tchané sur la dynamique économique en Afrique:« Le Bénin et la Bad : une relation symbiotique »

0
345




Le Bénin et la Banque africaine de développement (Bad) entretiennent d’excellentes relations. Dans cette tribune publiée dans le magazine de l’institution bancaire africaine, le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané met en relief les rapports.
Il est notable de constater la bonne dynamique de la croissance économique en Afrique ces dernières années, malgré les chocs qu’ont pu connaître certains des pays du continent. Cette dynamique économique est portée par de nombreux facteurs.

Les réformes produisent toujours des fruits

Sur le plan politique, au cours de ces trois dernières années, l’Afrique a enregistré près d’une trentaine d’élections présidentielles, avec autant d’ambitions plébiscitées par les différentes populations. Je voudrais parler de ces ambitions, notamment celles portées par le gouvernement du Bénin depuis près de deux ans. Nos pays ont besoin de plus de réformes, de croissance économique et de résilience, de meilleure redistribution de la croissance et d’une plus grande efficacité de la lutte contre la corruption. Chez nous au Bénin, le gouvernement du président Patrice Talon a mis en place un Programme d’actions (Pag), Le Bénin révélé, dont l’objectif général est de « transformer de manière durable le développement économique et social du Bénin ». C’est un ensemble de projets prioritaires, de projets phares et de réformes institutionnelles dont le coût de mise en œuvre est d’environ 18 milliards de dollars américains.

Le Bénin révélé

Le Pag béninois révèle la forte conviction du gouvernement qu’il est possible de bâtir au Bénin une économie forte, résiliente, qui crée de l’emploi décent, réduit le chômage, la précarité et les inégalités. Cette vision du gouvernement béninois est en parfaite symbiose avec la stratégie à dix ans de la Banque basée sur les High 5, et plus spécifiquement la priorité de Nourrir l’Afrique. À l’analyse de la charpente du Pag, éradiquer la faim, mettre fin à la malnutrition et accroître la productivité agricole représentent, à eux seuls, près de soixante-dix de ses projets. Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie trouve son pendant dans le Pag. Vingt-quatre projets du Pag couvrent cet aspect. L’objectif à l’échéance 2021 est d’atteindre l’autosuffisance en matière énergétique, avec une capacité installée totale de 600 Mw contre 20 Mw en 2016. En avril 2016, notre premier objectif a été d’éliminer le délestage avant décembre 2016. Ce qui fut fait. À travers le développement de ces capacités de génération d’électricité, le Bénin veut se donner les moyens de devenir une économie compétitive, attractive qui crée les conditions favorables à l’investissement. C’est ainsi que le pays se mettra progressivement sur la voie du développement par l’industrialisation. La promotion de zones économiques spéciales ainsi que la construction d’infrastructures de liaison entre les différents pays limitrophes du Bénin, pour exploiter tout le potentiel de pays de transit que nous sommes, viendront consolider cette stratégie d’industrialisation. Elle est ainsi arrimée à la stratégie Industrialiser l’Afrique et à celle d’Intégrer l’Afrique portées par les High 5 de la Banque.



L’emploi est la solution de lutte contre la pauvreté

Enfin, le gouvernement du Bénin est convaincu que l’emploi est le premier canal par lequel les politiques publiques peuvent réduire la pauvreté. Cependant, nous sommes aussi conscients qu’une politique sociale bien ciblée est nécessaire pour que chaque citoyen participe au partage des fruits de la croissance. La mise en place de l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) participe de cet effort. Il s’agit d’un projet qui vise à accroître la capacité et l’accès aux services sociaux de base ainsi qu’aux opportunités économiques de façon durable et équitable aux Béninois, notamment les plus démunis. Là encore, le Bénin se trouve parfaitement en symbiose avec la stratégie de la Banque Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique.

Le Bénin de l’Afrique ou Bénin d’une Banque forte

Au total, les ambitions du gouvernement béninois se trouvent parfaitement en lien avec celle portée par les High 5 de la Banque. Le Bénin, comme d’autres pays du continent ayant un accès limité aux marchés financiers, a besoin d’une banque forte avec des moyens conséquents. En effet, seule une banque forte avec une bonne base financière et une plus grande marge de manœuvre peut soutenir le Bénin et ces autres pays africains. Nous soutenons donc fortement une augmentation substantielle du capital de la Banque.

Par Abdoulaye Bio Tchané

LAISSER UN COMMENTAIRE