Le gouvernement tient au renforcement du système interne de contrôle de gestion dans les Ministères. Dans ce cadre, l’Inspection générale des finances avec l’appui du Ministère du plan et du développement à travers le Projet d’appui à la gestion des investissements publics et a la gouvernance (Pagipg), le Bureau d’analyse et d’investigation (Bai) et la Délégation de l’Union européenne, a organisé une session d’échange avec les membres des Comités ministériels d’audit interne (Cma) et des Comité ministériels de maîtrise des risques (Cmmr). Pour le compte de la journée du jeudi 25 février 2021, ce sont les membres des Cma qui ont été entretenus. La séance de sensibilisation qui s’est déroulée à Cotonou a connu la participation des ministres de l’Intérieur et de sécurité publique, de la Défense nationale puis du Cadre de vie et du développement durable. Elle vise à renforcer davantage le système de contrôle interne des Ministères. Selon le chef département gouvernance et réformes du Bai, Alain Hinkati, depuis 2016, le gouvernement a adopté une réforme sur les corps de contrôle des organismes de l’Etat. Ladite réforme vise à renforcer le système de contrôle interne des Ministères. Raison pour laquelle cette séance d’échange a été organisée à la fois pour les ministres, les personnes extérieures aux Ministères et les Inspecteurs généraux des Ministères. « Les Ministères ont des objectifs. Les ministres ont des lettres de mission pour mettre en œuvre des politiques sectorielles. Il y a des risques qui sont liés à ces missions. Il faut s’organiser pour mieux les gérer afin d’atteindre les performances », a-t-il confié. D’où la réorganisation des Ministères en deux Comités à savoir : le Cmmr et le Cma pour d’une part, aider les dirigeants à exécuter les missions et d’autre part, à superviser le travail du premier comité. Le formateur, Souleymane Séré, a, lors de sa présentation, montré aux participants, l’enjeu de la réforme gouvernementale, ses implications, son contenu et les modalités pratiques d’opérationnalisation interne notamment le pouvoir de ce Comité, les attentes des membres,  rôle  avec l’appréhension des outils comme le budget, les audits internes etc. Les ministres Sacca Lafia, Fortunet Nouatin et José Tonato ont, tour à tour, salué l’organisation de la séance qui leur a permis d’appréhender l’utilité de cet instrument qui sera mis en place et qui permettra désormais d’anticiper sur les risques comme dans les structures privées et d’avoir de meilleurs résultats. Ils ont promis d’aider les deux Comités sous leur tutelle respective pour qu’ils soient opérationnels.
Serge Adanlo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here