Home ACTUALITE Copargo:Le maire Ourou et les élus Fcbe rejoignent l’Up

Copargo:Le maire Ourou et les élus Fcbe rejoignent l’Up

0
124

Le paysage politique est animé depuis quelques jours de démissions en cascade. La commune de Copargo située dans le département de la Donga est rentrée dans la danse en fin de semaine dernière. Le maire Ignace Ouorou a officiellement fait ses adieux à la Force cauris pour un Bénin Emergent. Avec lui, la quasi-totalité des conseillers Fcbe ont choisi d’atterrir à l’Union progressiste.

C’est une démission plus ou moins attendue puisque le principal titulaire en a déjà annoncé les couleurs. Visiblement, Ignace Ouorou avait minutieusement préparé son départ. Pour une fois, ce n’est pas pour des raisons de convenance personnelle que le maire de Copargo a rompu les amarres d’avec son désormais ancienne formation politique, la Fcbe. Selon sa déclaration, rendue publique en fin de semaine, l’édile de Copargo et les siens ont été séduits par les actions de développement posées par Patrice Talon depuis 2016. « …S’opposer à cause des intérêts personnels et égoïstes, n’est plus une option intelligente » affirme Ignace Ouorou. L’homme s’en va, convaincu que le Chef de l’Etat, homme de parole et de résultats, conduira le Bénin à bon port. « Les Fcbe de la commune de Copargo ne doutent point de la réalisation effective des promesses tenues par le Chef de l’Etat, Patrice Talon, en janvier 2021 lors de sa tournée nationale dans les 77 communes du Bénin », martèle-t-il. C’est donc un choix de développement que vient de faire Ignace Ouorou et les siens qui ont définitivement tourné dos à la politique politicienne et l’opposition aveugle. La prochaine destination du maire de Copargo et des autres élus Fcbe est d’ores et déjà connu. Il s’agit de l’Union progressiste, le plus grand parti du Bénin. A en croire Ignace Ouorou, l’Up est un parti d’avenir qu’ils entendent accompagner pour mieux ancrer ses racines dans le département de la Donga, bastion d’autres partis politiques au regard des résultats issus des dernières élections. « Il est donc clair pour nous que le choix de l’Up est le choix de la raison et de l’efficacité », certifie le maire de Copargo.

Gabin Goubiyi

Que dit la loi ?

Sur la désignation des Maires, ses adjoints et les chefs d’arrondissement, le code électoral a été très précis. C’est vrai que dans sa première version, le code électoral de 2019 a péché par l’ignorance de certains cas de figure. Mais face aux difficultés des partis politiques à se comprendre pour l’installation des conseils communaux en 2020, les députés s’étaient réunis pour voter une loi complétive. Il s’agit de la loi n° 2020 – l3 du 04 Juin 2o2o portant interprétation et compétant la loi n° 2019-43 du 15 novembre 2019 portant code électoral en République du Bénin. Elle a été promulguée par le Président de la République après décision de conformité à la constitution Dcc 20 – 488 du 04 juin 2020. 

L’intitulé du chapitre Il du titre Il du Livre V « des règles applicables aux élections des membres des conseils communaux » ainsi que les articles 189, l90, 192, 193, 194, 19S, 196, 197 d’une part et celui du chapitre lll du même titre et du même livre ainsi que des articles 199 et 200 de la loi n°2019-43 du l5 novembre 20l9 portant code électoral s’interprètent et sont complétés ainsi qu’il suit, au terme de la modification.

L’article 189 nouveau du Chapitre II Nouveau intitulé :  de la désignation ou l’élection du Maire et des adjoints au Maire, stipule que « Le maire et ses adjoints sont désignés par le parti ayant obtenu la majorité absolue des conseillers ». L’alinéa suivant précise qu’à « défaut de majorité absolue, le maire et ses adjoints sont désignés par l’ensemble des partis ayant constitué une majorité absolue par la signature d’un accord de gouvernance communale. L’accord de gouvernance communale est notifié à l’autorité de tutelle.

A Copargo, le conseil communal est composé de neuf (09) conseillers Fcbe ; sept (07) Br et un (01) Union progressiste. Ce qui signifie que d’officie, c’est le parti Fcbe qui contrôle le conseil communal et les arrondissements.

Que va-t-il se passer maintenant que tous les conseillers communaux ont démissionné de leur parti de base ? Ils n’ont pas démissionné de leurs sièges de conseillers communaux pour que le parti pense à leur remplacement par leurs suppléants. Il se pose un véritable problème que le code électoral ; ni la charte des partis politiques n’ont prévu.  C’est un cas de figure que les députés devront gérer pour éviter des conflits ou des erreurs d’interprétation au sein de l’opinion publique.

A T

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here