Les patrons d’entreprise savent désormais à quoi s’en tenir par rapport à l’importation de la viande de dinde en provenance de la Pologne qui serait contaminée à la salmonella. A travers une correspondance en date du 7 juillet 2021, le Ministère de l’industrie et du commerce a informé le Conseil national du patronat (Cnp) de l’alerte de l’Union européenne sur cette volaille.

La viande de dinde en provenance de la Pologne contiendrait de la samonella, une bactérie à l’origine des salmonelloses et de la fièvre typhoïde et paratyphoïde. Alerté par l’Union européenne via la lettre Due/Cool/LeD/NN/rhAres (2021) n°3786324 du 9 juin 2021, le Ministère de l’industrie et du commerce a, à son tour, prévenu mercredi 7 juillet, le Conseil national du patronat (Cnp) afin que des dispositions soient prises pour informer les opérateurs économiques. « Je vous saurais gré des dispositions que vous ferez prendre pour une large information des opérateurs économiques », a souhaité le secrétaire général du Ministère dans sa note. Joint au téléphone par Océan Fm dans la journée d’hier, jeudi 8 juillet, le secrétaire exécutif du Cnp-Bénin, a confirmé avoir reçu le courrier et pris des mesures diligentes pour la diffusion de son contenu. « Nous, dès que nous recevons des courriers de ce genre, nous informons automatiquement tous les membres qui sont dans notre répertoire pour qu’ils se conforment à la prescription de l’autorité », a fait savoir Bernard Hounnouvi. Mais le hic, souligne-t-il, c’est si le produit s’est déjà retrouvé sur le marché. « Si le produit est déjà sur le marché, c’est un autre volet. Normalement quand le produit arrive au Port ou par d’autres voies, on devait déjà s’assurer à ce niveau qu’il est impropre à la consommation et bloquer les formalités de dédouanement. Si c’est déjà sur le terrain, cela devient un peu compliqué parce que quelqu’un qui a conscience d’un tel produit pourra peut-être diminuer les prix pour le liquider rapidement et cela va être dangereux pour le consommateur », a-t-il déploré. Il a par ailleurs précisé que le contrôle des produits ne relève pas des prérogatives du patronat. « Le Cnp-Bénin ne saurait aller faire ces genres de contrôle sur le terrain car nous ne sommes pas chargés du contrôle de la qualité. C’est au niveau du Ministère de l’industrie et du commerce qu’il y a une direction qui est chargée de faire ces genres de contrôles », a-t-il clarifié.

Serge Adanlao   

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here