Le Conseil des ministres d’hier mercredi 19 janvier 2022 a pris plusieurs décisions notamment la création à la présidence de la République, d’une Cellule d’analyse et de traitement des plaintes et dénonciations (Cpd) pour traquer la corruption et la mal gouvernance.

Porté à la tête du pays depuis le 6 avril 2016, le président Patrice Talon a fait de la lutte contre la corruption, son cheval de bataille. Pour y parvenir, il a consenti des efforts en opérant des réformes courageuses, notamment la création de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) qui juge les citoyens ayant commis diverses infractions. Ainsi, plusieurs de ses collaborateurs impliquées dans des dossiers de malversations financières ont même été jugés et sanctionnés conformément aux lois en vigueur. En outre, le dernier rapport du réseau panafricain de recherche par sondage, Afrobaromètre a confirmé que la lutte contre la corruption à l’ère du régime Talon est efficace et porte déjà ses fruits. En effet, ledit rapport qui s’est basé sur la corruption dans l’administration publique a révélé que le phénomène qui battait son plein il y a quelques années dans l’administration publique, est en régression grâce aux nombreuses initiatives prises par le gouvernement pour l’éradiquer. Cette lutte a donc produit des résultats irréfutables et encourageants même si le fléau apparait finalement comme l’hydre de Lerne. Ainsi donc, en dépit des multiples actions entreprises pour lutter contre les faits de corruption et la mal gouvernance, ainsi que des sanctions disciplinaires et des poursuites judiciaires qui en découlent, des pratiques préjudiciables aux ressources de l’Etat persistent au sein de certaines structures de l’administration publique. Cela s’avère donc être une lutte de longue haleine et de tous les instants afin de prétendre à des résultats durables qui ne soient pas finalement des feux de paille. Aucun effort, aucune initiative ne seront donc de trop pour traquer le fléau. C’est donc à l’aune de cette exigence que le Conseil des ministres a décidé hier, mercredi 19 janvier 2022, de la création de la Cellule d’analyse et de traitement des plaintes et dénonciations, à la Présidence de la République.

Quid des attributions de la Cpd ?

La Cellule d’analyse et de traitement des plaintes et dénonciations est un dispositif de recueil de plaintes et/ou de dénonciations à l’encontre de tout agent public, quel que soit son niveau de responsabilité. Un tel dispositif permet également de renforcer la participation citoyenne au contrôle de la gestion des affaires publiques. Les principales attributions de la Cellule sont l’analyse des plaintes et dénonciations ainsi que les éléments de preuve fournis par les plaignants ou dénonciateurs ; l’incitation des citoyens à surveiller la reddition des comptes par les personnes investies d’une parcelle de responsabilité ; la mise en place d’un mécanisme renforcé d’investigation sur les cas présumés de corruption. A cela, s’ajoutent la proposition des modalités de poursuite pour chaque cas et le renseignement sur les suites données aux plaintes et dénonciations avérées. Au regard de tout ceci, l’on peut se réjouir que ce nouveau mécanisme vienne confirmer que nul n’est au-dessus de la loi. Il n’y aura pas de privilégié ou d’intouchable. Ce qui donne encore plus de crédit à la lutte contre l’impunité sous le régime du Nouveau départ. Cela permettra de donner plus de confiance à toute personne ayant des éléments tangibles à faire valoir mais qui se tairait par peur de représailles. Une chance de plus pour faire aboutir les dossiers et une opportunité à des faits de connaître un traitement et une issue. A l’instar de l’invite à la coproduction de la sécurité, le gouvernement entend associer tous les Béninois afin que chacun prenne effectivement sa part dans la lutte contre la corruption, la prévarication et autres actes de mal gouvernance.

Un appui  aux structures existantes

La Cpd n’est pas une structure de plus, mais vient en soutien aux structures existantes et dans le respect des textes en vigueur comme en témoignent ses attributions que nous avons passé en revue plus haut. C’est un nouveau tour de vis qui vient renforcer tout ce qui existait. L’on peut donc louer la persévérance et l’abnégation du gouvernement à lutter par tous les moyens contre ce fléau qui est en réalité le vrai ennemi de toutes actions de développement. Dans la création de la Cpd, c’est l’œil du gendarme, signe de la poursuite de la préservation et de l’assainissement des finances publiques et de la moralisation de la vie publique. C’est la preuve que le pouvoir fera tout pour endiguer ou contenir le fléau et que le président Talon tient à faire de la bonne gouvernance, un pilier du développement aussi précieux que les autres principes de la démocratie. Le secrétaire général de la Présidence de la République et le coordonnateur du Bureau d’analyse et d’investigation (Bai) veilleront à l’opérationnalisation de la Cellule.

Léonce Adjévi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here