Nommée le 28 avril dernier en Conseil des ministres, Ismath Bio Tchané a prêté serment vendredi 7 mai 2021 devant le président Patrice Talon. Au cours de son mandat, la première présidente de la Cour des comptes entend relever le défi « de bâtir une institution performante, indépendante et moderne ».

La président Ismath Bio Tchané veut bâtir une Cour des comptes performante, indépendante et moderne. Elle l’a fait savoir vendredi 7 mai 2021, après avoir prêté serment devant le président de la République à Sèmè-City. En effet, c’est en respect de l’article 19 de la Loi organique n°2020-38 du 11 février 2020 sur la Cour des comptes que le président de la République a reçu le serment de la toute première présidente de l’institution. « Je jure de bien et fidèlement remplir ma fonction, de l’exercer en toute impartialité dans le respect des lois, de garder le respect des délibérations et des votes, de ne prendre aucune position publique, de ne donner aucune consultation à titre privé sur des questions relevant de la compétence de la Cour et de me conduire en tout, comme un digne et loyal magistrat », a assuré Ismath Bio Tchané la main droite levée. Prenant acte du serment prêté, le président Patrice Talon a félicité la dernière nommée à la tête des institutions républicaines avant de la renvoyer à l’exercice de ses fonctions. « Je m’en voudrais Madame la présidente de ne pas partager avec vous ma fierté pour ce nouveau vent qui souffle sur notre pays, celui qui révèle de mieux en mieux la femme béninoise. Votre parcours vous donne bien le mérite de votre nomination », a confié le chef de l’Etat. Il a exhorté Ismath Bio Tchané à ne pas voir à travers cette nomination, la promotion tout court d’une femme mais la consécration d’un parcours. « Veuillez ne pas avoir le complexe que c’est au profit de notre volonté de promouvoir la femme béninoise que vous avez été nommée comme présidente de la Cour des comptes. Non ! En tout cas, ce n’est pas ce qui m’a guidé pour vous proposer à la tête de cette institution qui vient de naître. Vous ne m’avez pas laissé le choix. C’est votre parcours, votre position actuelle dans les institutions de la République qui ont été les seuls facteurs de votre nomination », a dévoilé le président de la République.

 

Se baser sur les acquis de l’ancienne Chambre des comptes

 

La présidente de la Cour des comptes mesure l’ampleur du travail à abattre. « Il faut contrôler les finances publiques. Il faut faire en sorte que le contribuable soit satisfait de l’utilisation faite de l’argent public. Ma prestation de serment va me lancer dans ce défi de bâtir une institution performante, indépendante et moderne », a-t-elle souligné après sa prestation de serment. Pour y arriver, elle entend avec ses collaborateurs, se baser sur les acquis de l’ancienne Chambre des comptes qu’elle présidait jusqu’à sa nomination à la tête de la Cour des comptes. « Nous allons nous mettre au travail. Je ne vais pas négliger l’approche genre dans tout le processus », a promis Ismath Bio Tchané. Profitant de l’occasion, elle témoigné sa reconnaissance au président Patrice Talon qui l’a nommé à la tête de cette noble institution. Pour rappel, la création de la Cour des comptes et la nomination du président de l’institution est une vieille exigence de l’Uemoa. Le Bénin vient d’y conformer grâce au président Patrice Talon.   

 

Serge Adanlao

 

Impressions de personnalités conviées à la cérémonie

 

 

Joseph Gnonlonfoun, médiateur de la République : « Nous sommes en règle vis-à-vis des institutions de l’Uemoa, de la Cedeao »

 

« Il y a eu la nomination d’une personne qualifiée à ce poste. Nous ne pouvons qu’être heureux parce que nous pouvons désormais dire que nous sommes en règle vis-à-vis des institutions de l’Uemoa, de la Cedeao… Elle a une fonction extrêmement importante parce qu’il faudrait qu’elle nous assure le fonctionnement et qu’elle organise l’institution. Ce n’est pas une mince affaire ».  

 

 

 

 

Abraham Zinzindohoué, ancien président de la Cour suprême : « Que la gouvernance soit bien faite au profit du peuple béninois »              

 

« L’arsenal juridique et l’échafaudage viennent d’être achevés au niveau des hautes institutions juridictionnelles. Cette injustice, c’est le mérite d’une femme. Des gens y verront peut-être la promotion de la femme, mais le chef de l’Etat y a vu le mérite d’une femme. La femme est l’égal de l’homme. C’est cette injustice qui vient d’être réparée. Que la gouvernance soit bien faite au profit du peuple béninois. La Cour des comptes y joue un rôle important. En cela, nous disons que la dynamique qui a eu lieu depuis 5 ans continue. C’est ce que nous attendons de la présidente Ismath Bio Tchané et de son équipe qui, incessamment va être mise en place ».

 

 

 

Victor Dassi Adossou, président de la Cour suprême : « la Cour des comptes qui va participer du règne de la bonne gouvernance est aujourd’hui installée »

 

«La nomination et la prestation de serment me font dire que la République est en marche.

Progressivement, toutes les institutions en charge de la bonne gouvernance, de l’édification de l’Etat de droit dans notre pays, sont en train de s’installer et de fonctionner dans l’intérêt de la République. C’est un jour de gloire. Comme l’a si bien souligné le chef de l’Etat, tous les Béninois doivent aujourd’hui être fiers de ce que le pays est en marche résolument et que la Cour des comptes qui va participer du règne de la bonne gouvernance, de la fin de l’impunité est aujourd’hui installée ».    

 

Source : E-Télé

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here