Cybercriminalité:La Ciwream adhère à la lutte du gouvernement

0
339




La recrudescence de la cybercriminalité ne laisse aucun garant de la tradition indifférent. Face au phénomène qui ternit l’image du Vodoun au Bénin, le président de la Confrérie internationale Whouendogninou des religions endogènes d’Afrique et du monde (Ciwream-Bénin), entouré de ses membres, est sorti de sa réserve. A la faveur d’une conférence de presse qu’il a animée à Abomey, le jeudi 12 avril 2018, il a fait quelques mises au point par rapport aux préjugés que certains tentent de coller au Vodoun sur les réseaux sociaux.

En effet, selon sa Majesté DahGblagbaGodjo, le Vodoun est une croyance ancestrale qui existait depuis des siècles. Ils l’ont hérité de leurs parents. « Dans la pratique depuis son origine, le Vodoun n’a jamais réclamé le sacrifice d’être humain. Au contraire, le Vodoun, au contact du sang humain, perd son essence à travers son esprit qui le quitte. Cela se justifie par le fait que la femme est interdite d’accès aux lieux saints du Vodoun ou de toucher à ses objets sacrés lorsqu’elle est en période de menstruations», a fait remarquer le président du Ciwream-Bénin. Il a conclu en disant que le Vodoun est un esprit pur qui sauve et contribue au bien-être de ses adeptes et de tous ceux qui se confient à ses soins et à sa protection. A ce titre, Ciwream-Bénin condamne avec véhémence ces actes barbares perpétrés au nom du Vodoun qui sont de nature à jeter de l’opprobre sur la culture béninoise et les garants de la tradition.



En adhérant à la lutte que mènent les pouvoirs publics dans ce sens, sa Majesté DahGblagbaGodjo a exhorté ses pairs à une action concertée à travers la dénonciation de tout agissement suspect d’individus malintentionnés. Egalement, il a recommandé une lutte sincère à la police républicaine qui a l’obligation d’interpeler toutes les associations de culte traditionnel et même les autres religions en vue de retrouver la source réelle de cette pratique avilissante. Il n’a pas passé sous silence la chasse à l’homme qui serait organisée par les Togolais contre les Béninois résidant au Togo.

Z. T. (Br Zou-Collines)

LAISSER UN COMMENTAIRE