Obtenir une large adhésion aux grandes réformes projetées pour le second quinquennat pour qu’il y ait moins de tintamarres après l’examen et le vote des lois. Tel est l’objectif poursuivi par le président Patrice Talon et son gouvernement en conviant maires, adjoints aux maires, préfets et députés au Palais des congrès les 21 et 23 septembre 2021. Aux deux rendez-vous de la salle rouge pour la réforme structurelle de la décentralisation et de la salle bleue pour les mesures spéciales de répression des infractions commises à raison du genre et de protection de la femme en République du Bénin, les avant-projets de loi soigneusement rédigés par les comités mis sur pied à cet effet ont été présentés aux acteurs. L’esprit desdites réformes a été partagé et les observations recueillies pour permettre à l’Exécutif de transmettre à l’Assemblée nationale des projets de loi exempt de tout reproche tant dans la forme que dans le fond.

Cette démarche gouvernementale est salutaire à plus d’un titre. Elle a non seulement le mérite de permettre aux personnes directement concernées par les réformes de s’imprégner de leur contenu, mais surtout de s’informer de l’opérationnalisation et des conséquences. Chaque acteur a, après les présentations, formulé des amendements. Après cette étape, les documents retourneront au laboratoire avant les dernières moutures qui seront transmises au Parlement dans les prochains jours via des décrets pris en Conseil des ministres.

La première réforme sur la décentralisation permettra de corriger le processus en cours au Bénin depuis 25 ans. En effet, c’est un secret de polichinelle que les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Le processus de la décentralisation tarde à combler les attentes. Elus communaux, municipaux et parlementaires ont tous pris la mesure de l’enjeu. Ils ont répondu à l’appel du chef de l’Etat. Pour la quasi-totalité de acteurs, il fallait crever l’abcès depuis car la plupart des Communes peine à décoller pour raison de malgouvernance. Avec la réforme de la décentralisation, ce qui va changer au niveau des collectivités territoriales, c’est le mode de gestion. L’innovation majeure qui a polarisé les discussions est la création du secrétariat exécutif dans les mairies. A travers de solides arguments, l’assurance a été donnée aux maires qu’il n’y a pas péril en la demeure avec ce personnage nouveau qui fera dorénavant partie intégrante de l’organigramme des mairies.

Contrairement aux rumeurs qui faisaient état de ce que les prérogatives substantielles des maires seront arrachées pour les remettre à des cadres, le président Patrice Talon et le président du Comité de la réforme ont été on ne peut plus clair : les rôles seront redistribués mais au grand jamais il ne sera question d’opposer les secrétaires exécutifs aux maires.

La même démarche a été adoptée pour mesures spéciales de répression des infractions commises à raison du genre et de protection de la femme en République du Bénin. En somme, il est à retenir que l’excellent travail des Comités facilitera les travaux en commission à l’Assemblée nationale si les amendements proposés sont pris en compte. A ce propos, le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané a pris l’engagement au nom du gouvernement de veiller au respect des amendements sans toutefois remettre en cause les principes directeurs des réformes.

Les députés, ultime recours pour légiférer sont prêts pour le job. Les deux lois seront donc examinées et votées dans un bref délai pour donner corps aux réformes qui font déjà rêver.           

Serge Adanlao

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here