La ministre de l’Economie numérique, Aurelie Adam Soulé Zoumarou était hier face à la représentation nationale pour répondre de la préoccupation du député Rachidi Gbadamassi. Ce dernier a conformément aux dispositions de l’article 106 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, interpellé le gouvernement  au sujet des défalcations opérées courant juin 2020 par le réseau Gsm Mtn sur les comptes mobile money de certains abonnés.

Est-ce que le réseau Mtn peut défalquer des sous du genre sans aviser l’Arcep, l’organe de régulation ?, ce geste nécessite-t-il de sanctions ? Voilà les préoccupations du député Rachidi Gbadamassi adressées au gouvernement après les défalcations opérées sur les comptes Mobile money de certains abonnés par l’opérateur de téléphonie mobile Mtn. Jeudi 24 juin 2021, ces questions ont eu des réponses appropriées fournies par la ministre du Numérique et de la digitalisation, Aurélie Adam Soulé Zoumarou. De son intervention, on retient que les réseaux mobiles au Bénin exercent leurs  activités de fourniture de service de communication électronique en conformité avec les licences attribuées par le gouvernement au titre de la loi 2017 du 20 avril 2018 portant Code du numérique. Pour réglementer l’opération, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) a fait obligation aux émetteurs de monnaie électronique d’avoir une personnalité juridique autonome ; ce que tous les réseaux ont fait. Mais malgré cela, des failles se font observer. La ministre à ce propos, a rassuré les députés de la détermination du gouvernement à prendre de la hauteur pour que tout se mette en branle afin que son département ministériel soit au service des populations et des entreprises béninoises. A l’en croire, ce qu’il convient de dire par rapport aux communications électroniques en premier lieu, est que le Bénin vient de loin. « C’est un peu comme toutes nos infrastructures de notre pays. Nous  les mettons en œuvre progressivement avec la vision du chef de l’Etat, les investissements qui sont requis. Et donc effectivement tous les résultats ne peuvent pas s’obtenir du jour au lendemain. Mais ce qui est sûr c’est que les investissements qui ont été faits ces cinq dernières années, ont quand même permis vraiment de combler beaucoup de gap. Mais nous sommes conscients qu’il reste encore beaucoup de choses à faire et que nous avons prévu de faire », a-t-elle déclaré. Elle s’est réjouie de l’alignement de la vision de la représentation nationale à celle du chef de l’Etat et du gouvernement par rapport au troisième opérateur Sbin. « Cet opérateur est déjà là. C’est un opérateur public qui va répondre à la  gestion des activités de gros mais aussi des activités de détail dont l’accès internet et bien entendu les services mobiles conformément à la stratégie du gouvernement y compris les services mobiles financiers. Les objectifs fixés à la Sbin sont énormes. Ce troisième opérateur sera un élément catalyseur de la transformation numérique dans notre pays », a-t-elle ajouté. Elle n’a pas manqué de rassurer les députés qu’après cette forfaiture du réseau Gsm Mtn, le gouvernement a pris les choses en main. « Des décisions ont été prises pour doter le Bénin d’une règlementation spécifique au service à valeur ajoutée relatif au service financier mobile en République du Bénin », a annoncé l’autorité ministérielle.

Martial Agoli-Agbo (Corresp. Ouémé-

Plateau)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here