Le Bénin abrite depuis hier mardi 03 novembre 2020, la réunion statutaire délocalisée du Parlement de la Cédéao à Cotonou. Entre autres raisons qui justifient le choix du Bénin, Sidie Mohamed Tunis, président du Parlement de la Cédéao a évoqué la démocratie et la paix qui règnent au Bénin. C’était à la faveur d’une conférence de presse qu’il a animée après la cérémonie d’ouverture des assises.

Les Béninois peuvent être fiers de leur démocratie et la paix qui règne dans le pays. Le président du Parlement de la Cédéao a apprécié et salué le rayonnement du Bénin par la vitalité de sa démocratie. C’est d’ailleurs ce qui a motivé le choix de Cotonou pour abriter les travaux de la réunion statutaire délocalisée de la Commission mixte : commerce, douane et libre circulation/politique macroéconomique et recherche économique/comptes publics/ administration, finances et budget du Parlement de la Cedeao. A en croire Sidie Mohamed Tunis, plusieurs raisons justifient le choix de Cotonou. « Nous avons choisi Cotonou pour plusieurs raisons. Premièrement, pour la stabilité et comme je vous l’ai dit, le Bénin est un exemple de démocratie ici en Afrique de l’ouest et même en Afrique de manière générale. Le Bénin a parcouru un très long chemin sur le plan de stabilité et nous sommes ici pour féliciter le peuple béninois qui est au cœur de la démocratie béninoise », a déclaré le président du Parlement de la Cedeao.

 

La mise en œuvre de la Zlec débattue par les députés

 

Préoccupé par la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlec), le Parlement de la Cedeao se penche sur la question depuis hier mardi 03 novembre 2020, à l’occasion de sa réunion statutaire délocalisée à Cotonou. « Zone de libre-échange continentale africaine (Zlec) : possibilité de réalisation dans un contexte de menaces transfrontalières (terrorisme et insécurité, pandémie et protectionnisme) est le thème autour duquel se tient cette rencontre. L’objectif est de trouver la formule par laquelle l’institution régionale pourrait franchir les obstacles qui freinent la mise en œuvre de ce projet dans un contexte de menaces transfrontalières marquée par le terrorisme, l’insécurité et la crise sanitaire liée au Coronavirus. Au nombre de ces obstacles figurent le terrorisme et l’insécurité. « Nous ne devons pas perdre de vue les menaces qui risquent d’hypothéquer l’atteinte de nos objectifs », a souhaité Sèdami Mèdégan Fagla, coordonnatrice de la délégation des députés béninois au Parlement de la Cedeao à l’ouverture de la rencontre. Pour le président du Parlement de la Cedeao, le terrorisme ralenti la circulation des biens et des ressources à travers les ports en raison de l’intensification des inspections et des mesures de protection. Sidie Mohamed Tunis estime que la promesse du libre-échange est la prospérité pour tous les Africains, surtout pour les Africains de l’Ouest, car il offre une perspective de production de biens et de service à valeur ajoutée, d’augmentation de revenus et d’amélioration des conditions de vie des citoyens africains. C’est pourquoi il exhorte au renforcement de l’engagement du Parlement de la Cedeao de sorte que les avantages du libre-échange profitent à la communauté. Les travaux ont été lancés par le président de l’Assemblée nationale du Bénin, Louis Vlavonou.

 

Odi I. Aïtchédji

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here