Les avocats de la candidate du parti ‘’Les démocrates’’ à la Présidentielle du 11 avril prochain dont le dossier a été invalidé par la Commission électorale nationale autonome et la Cour constitutionnelle sont montés au créneau le mercredi 17 mars 2021, pour disent-ils, déplorer les conditions de détention de leur cliente. Or, le séjour carcéral de Réckya Madougou s’effectue dans des règles établies en fonction de ses agissements. Ses avocats reprochent au gouvernement ses conditions de détention, en estimant qu’elle est exposée à de nombreux risques. Ils dénoncent notamment le nombre de visite à elle autorisées. Au lieu de prôner un Etat de non-droit, Me Sadikou Alao et compagnie feraient mieux de demander à leur cliente de respecter les restrictions de la justice pour les enquêtes. La prison n’est pas un El dorado pour en faire ce qu’on veut. Si vous ne voulez pas être soumis à ce régime, vous vous soumettez à la rigueur de la loi. Dos au mur, Réckya Madougou n’a plus aucune marge de manœuvre que de se lancer dans la victimisation. Les observateurs de l’actualité nationale se posent la question de savoir si elle avoue les chefs d’accusation retenus contre elle. En effet, dans une correspondance adressée à ses conseils, la candidate recalée du parti ‘’Les démocrates’’ pour la Présidentielle du 11 avril 2021 pour défaut de dossier complet, reconnaît avoir remis quinze (15) millions de francs Cfa à Georges Sacca, mais réfute les charges qui pèsent contre elle. Pour rappel, Réckya Madougou a été interpellée par la Police le 03 mars 2021 alors qu’elle sortait d’un meeting à Porto-Novo et inculpée par la Criet.

 

Abdourhamane Touré

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here