« Au regard des observations préliminaires précédentes, la Mission d’information et de contacts (Mic) relève que le premier tour de l’élection présidentielle du 11 avril 2021 en République du Bénin s’est déroulée conformément au cadre juridique en vigueur, et de manière calme sur la plus grande partie du territoire. Elle salue, à cet égard, le sens des responsabilités des acteurs politiques et des citoyens béninois. » C’est en ces mots que la Mission internationale de la Francophonie a qualifié le scrutin du dimanche dernier dans le cadre de l’élection présidentielle. Présente au Bénin du 7 au 15 avril 2021, la mission, dirigée par l’ancienne ministre burkinabé, Minata Samate, a suivi en amont et en aval le processus électoral. En attendant son Rapport général, elle conclut : « La campagne électorale et le scrutin se sont globalement tenus dans le calme. Cependant, la phase préparatoire a été marquée par des manifestations visant à entraver la tenue de l’élection. Cette situation a affecté le taux de participation des électeurs. La Mission de la Francophonie appelle toutes les parties prenantes à privilégier le dialogue pour consolider le processus de réforme électorale». Lire l’intégralité de la déclaration rendue publique par la Mission internationale de la francophonie à cet effet.

 

Déclaration préliminaire

 

« La Mission d’Information et de Contacts dépêchée par la Secrétaire générale de la Francophonie à l’occasion de l’élection présidentielle au Bénin constate que l’organisation de l’élection et la campagne électorale se sont déroulées dans le respect des dispositions légales, mais sans la participation de tous les partis politiques. La campagne électorale et le scrutin se sont globalement tenus dans le calme. Cependant, la phase préparatoire a été marquée par des manifestations visant à entraver la tenue de l’élection. Cette situation a affecté le taux de participation des électeurs. La Mission de la Francophonie appelle toutes les parties prenantes à privilégier le dialogue pour consolider le processus de réforme électorale.»

 

Dans le cadre de l’accompagnement par l’Oif des processus électoraux dans l’espace francophone et en accord avec les autorités béninoises, Madame Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie, a dépêché une mission d’information et de contacts (Mic) à l’occasion de l’élection présidentielle au Bénin. Conduite par l’ancienne Ministre burkinabè, Madame Minata Samaté, la Mission est composée d’un représentant de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (Apf) et d’experts de haut niveau venant notamment du Cameroun, de France et du Sénégal. Présente à Cotonou du 7 au 15 avril 2021, la mission s’est entretenue avec toutes les parties prenantes du processus électoral, notamment les autorités politiques, les institutions en charge des élections, les acteurs politiques y compris les candidats à l’élection présidentielle, et les organisations de la société civile. Elle a également travaillé en étroite collaboration avec les autres missions d’observation électorale nationales et internationales accréditées par les autorités compétentes ainsi qu’avec les partenaires internationaux présents dans le pays. La mission s’est attachée, conformément à son mandat, à recueillir des informations sur les conditions de préparation et de tenue des élections et à veiller au renforcement de la confiance entre les parties prenantes. En amont du scrutin, l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) a appuyé les institutions et organisations de la société civile impliquées dans l’observation du processus électoral. Dans ce cadre, elle a apporté un soutien technique et financier en vue du renforcement des capacités et du déploiement des observateurs de la Plateforme électorale des organisations de la société civile et de la Commission béninoise des droits de l’Homme. La Francophonie a également soutenu des professionnels de médias en vue de les former et de déployer des délégués chargés de vérifier les faits et lutter contre la désinformation. Ces actions s’inscrivent dans la mise en œuvre des dispositions pertinentes du Chapitre 4 de la Déclaration de Bamako, dédié à la tenue d’élections libres, fiables et transparentes dans l’espace francophone. Il ressort des entretiens que la mission a eus avant le scrutin que :

 

• Le cadre juridique électoral a été modifié dans un contexte politique marqué par un manque de dialogue entre les différentes forces politiques du pays. Ces modifications, qui ont notamment institué un nouveau système de parrainage, ont limité le nombre des candidats et la participation à l’élection présidentielle ;

 

• Les candidats ont pu mener leurs activités sur l’ensemble du territoire national et la campagne a été calme. Des tensions ont cependant émaillé le déploiement du matériel électoral, principalement dans le centre et le nord du pays, et ont malheureusement causé des victimes. Le jour du scrutin, les membres de la Mic ont visité plusieurs bureaux de vote à Cotonou, Porto-Novo, Ouidah et dans les communes d’Allada et Sèmè-Kpodji, et reçu les observations des organisations nationales soutenues par l’Oif qui avaient déployé 1600 observateurs sur l’ensemble du territoire. La Mic et ses partenaires ont fait les constats suivants :

 

• Malgré certains retards, les bureaux ont ouvert et fermé à l’heure prévue et dans une atmosphère pacifique ;

 

• Les listes d’électeurs étaient généralement affichées devant les bureaux de vote et de manière visible ;

• Les matériels et documents électoraux étaient disponibles dans les bureaux de vote ;

 

• Le personnel électoral, identifiable par des chasubles, était présent dans la plupart des bureaux couverts et a fait montre dans l’ensemble d’une assez bonne maitrise des procédures ;

 

• Les femmes et les jeunes étaient particulièrement bien représentés parmi les agents électoraux, ainsi que parmi les représentants des candidats ; on notera que seul un des trois duos de candidats était systématiquement représenté ;

 

• Les mesures de distanciation physique et de protection (gel et masques) dans le contexte de la pandémie de Covid19 étaient bien respectées par les électeurs et les agents électoraux ;

 

• Le vote s’est déroulé dans le calme, à l’exception de localités au centre et au nord du pays, où des tensions ont été enregistrées, ce qui a empêché l’ouverture de plusieurs postes de vote ;

 

• La présence des forces de sécurité était discrète ;

 

• La mobilisation des électeurs était relativement faible tout au long de la journée ;

 

• La clôture du scrutin et le déroulement des opérations de dépouillement ont été plutôt satisfaisants dans la plupart des bureaux couverts. Au regard des observations préliminaires précédentes, la MIC relève que le premier tour de l’élection présidentielle du 11 avril 2021 en République du Bénin s’est déroulé conformément au cadre juridique en vigueur, et de manière calme sur la plus grande partie du territoire. Elle salue, à cet égard, le sens des responsabilités des acteurs politiques et des citoyens béninois. Un rapport final sera élaboré à l’issue du processus électoral, qui formulera des recommandations qui mettront en exergue les bonnes pratiques identifiées et viseront à consolider le dispositif juridique et organisationnel des élections. D’ores et déjà, la mission appelle l’ensemble des partis politiques et de la société civile, ainsi que les institutions concernées :

 

• à formuler d’éventuels recours conformément aux voies légales pertinentes ;

 

• à évaluer le présent fichier électoral, arrivé à son terme en 2021, et déterminer les modalités consensuelles de mise en place du nouveau fichier électoral ;

 

• à explorer les voies et moyens de renouer le dialogue afin de créer et d’affermir un climat de confiance et de s’assurer de la compréhension et de l’acceptation des règles électorales par toutes les forces politiques. La Mission d’information et de contacts rappelle la disponibilité de l’Organisation internationale de la Francophonie à accompagner et soutenir le pays dans ce processus de consolidation de la démocratie. La délégation de la Mission d’information et de contacts tient à remercier la population béninoise pour l’excellent accueil qui lui a été réservé, ainsi que les autorités nationales qui ont facilité son déploiement et son travail sur le terrain.

 

Cotonou, le 12 avril 2021

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here