Le chef de l’Etat n’est pas resté insensible à la survenue de l’accident du samedi 14 novembre 2021 qui a coûté la vie à un jeune garçon sur l’axe Kandi-Malanville avant le passage de son cortège en direction de Malanville. Informé, Patrice Talon a dépêché une délégation dans la famille éplorée pour présenter ses condoléances et son soutien ainsi que ceux de son gouvernement.

Le président Patrice Talon est attristé par l’accident mortel survenu sur l’axe Kandi-Malanville et qui a occasionné la mort d’un enfant samedi 14 novembre 2020 avant le passage de son cortège qui se rendait à Malanville. Pour réconforter la famille éplorée, le chef de l’Etat a diligenté le même jour, une délégation d’hommes politiques de la localité chez les parents. La délégation composée, entre autres, des maires de Parakou, Inoussa Zimé Chabi, de Malanville Guidami Gado et d’un ancien député natif de la localité, est allée présenter les condoléances et le soutien du président de la République et de son gouvernement. Sur Golfe Télévision et Canal3 Bénin, le Directeur de la communication de la présidence de la République a confirmé l’envoi de la délégation dans la famille éplorée. « Quant le chef de l’Etat a appris l’information, il a été très sensible. Dès hier (samedi 14 novembre 2020), il a envoyé une délégation dans la famille éplorée pour lui présenter ses condoléances ainsi que ceux du gouvernement », a informé Wilfrid Léandre Houngbédji. Profitant de ses passages sur les deux médias audiovisuels, le Dircom a, à la suite du porte-parole du gouvernement, Alain Orounla, apporté un ferme démenti aux rumeurs tendant à attribuer la mort du jeune garçon au cortège présidentiel. « C’est une fake-news. Cela n’a pas existé. Le cortège du chef de l’Etat n’a pas provoqué d’accident. Le cortège n’a fait son entrée dans Malanville que plus d’une heure après l’accident qui a coûté la vie à l’enfant », a expliqué le patron de la communication à la présidence de la République. Par la même occasion, Wilfrid Léandre Houngbédji a précisé que le cortège du président Patrice Talon ne roule pas à vive allure. « Son cortège ne va jamais à vive allure. Le cortège qui devrait occasionner la mort de l’enfant aurait pu l’éviter. Il n’y avait pas de motards devant lui et vous savez que ces derniers vont à une certaine vitesse. Quand on est en campagne, le cortège roule modérément. En ville, c’est davantage observé », a fait remarquer le Dircom. Tout en s’inclinant devant la mémoire du disparu qui est passé de vie à trépas, il a dit partager la douleur des parents.

 

Serge Adanlao

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here