(L’Ambassadeur Vizy et le ministre Agbénonci impulsent une nouvelle dynamique)

La France et le Bénin resserrent leurs liens de coopération. A l’occasion de l’atelier organisé à Cotonou mardi 22 juin 2021, les principaux axes de la coopération entre les deux pays ont été évoqués.

Rendre plus dynamique la coopération décentralisée entre le Bénin et la France. Améliorer leurs capacités techniques et leur savoir-faire, mais aussi constituer avec leurs homologues de la France une force de proposition en vue de mobiliser les ressources sur des projets concrets en faveur des populations. Ce sont entre autres, les objectifs visés par l’Association nationale des communes du Bénin (Ancb) en organisant l’atelier sur la coopération décentralisée franco-béninoise. A sa prise de parole, Luc Atrokpo, maire de la ville Cotonou et président de l’Ancb, a souhaité que des réflexions approfondies soient menées sur la dynamisation de la coopération décentralisée. L’ambassadeur de la France près le Bénin, Marc Vizy a expliqué qu’« avec plus de 30 coopérations actives qui mobilisent près de 1,3 milliards de FCfa, la France est le premier partenaire et le Bénin est l’un des pays avec lesquels les collectivités territoriales françaises coopèrent le plus ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marc-Vizy-nouveau-ambassadeur-de-la-France.jpg.

Le diplomate a plaidé pour que le partenariat s’ouvre sur de nouveaux axes d’intervention tels que le développement durable, la valorisation touristique, le développement des nouvelles technologies. Quant au ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Aurélien Agbénonci, il a rappelé les ambitions du gouvernement pour le compte de ce second mandat en matière de décentralisation. Il s’agit d’« être plus près des préoccupations de nos populations à travers des réformes ambitieuses dans les domaines de la gouvernance locale grâce à un réaménagement des rôles entre élus et les personnels techniques d’appui, dans le domaine de renforcement des capacités opérationnelles de nos Communes, de la transformation du fonds Fadec en un fonds d’investissement qui permettra aux Communes de disposer des capacités d’accès et d’autres sources de financement, de lever des financements pour réaliser des infrastructures et projets qui vont dans l’intérêt des populations, dans le domaine aussi de l’intercommunalité pour une meilleure prise en charge des problématiques communes relatives à la gestion des déchets, de la salubrité, de l’assainissement des ressources en eau et à l’éducation », a-t-il fait savoir.

Léonce Adjévi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here