A l’image de la Société béninoise d’énergie électrique, la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) sera scindée en deux. C’est l’une des informations dévoilées par le ministre Samou Adambi le jeudi 06 janvier 2022 lors de la présentation du Programme d’actions du gouvernement 2021-2026. A l’en croire, la réforme vise à éclater la Soneb en deux. D’un côté, il y aura une société d’exploitation et de l’autre une société patrimoine. Toujours au titre des réformes, cinq autres seront mises en œuvre. Il s’agit, primo, d’opérationnaliser la gestion des Saepmv en milieu rural pour assurer un service continu à l’eau aux populations. Secundo, l’Agence nationale des barrages et bassins hydrographiques sera mise en place au cours de ce quinquennat. Pour ce qui est du secteur minier, l’exécutif envisage d’améliorer le cadre juridique. Selon le ministre de l’Eau et des mines, l’élaboration de ce document a déjà démarré. Il reste à intégrer les orientations de l’Uemoa et de la Cedeao pour finaliser ce code avant sa transmission à l’Assemblée nationale pour son adoption. La dernière réforme concerne le cadre institutionnel, législatif et réglementaire du sous-secteur aval pétrolier. Dans le cadre de la mise en œuvre de ces réformes qui visent à accroître durablement le bien-être social des populations, 36 projets seront exécutés, dont 28 pour le secteur eau et 8 pour les mines et hydrocarbures. Entre autres, il s’agit de la construction des Saepmv dans les zones rurales, la construction et la réhabilitation des systèmes d’alimentation en eau de 60 villes, l’interconnexion des réseaux d’alimentation en eau potable de Cotonou et Abomey-Calavi. À cela s’ajoutent la construction de 11 barrages multifonction dans le bassin de l’Ouémé, l’implantation d’une unité de production de pierres ornementales et de carreaux de céramique, la construction d’infrastructures et équipements miniers, notamment laboratoires banc d’essai, dépôt des substances explosives. Enfin, il y a le projet de recherche et de valorisation des ressources minérales et surtout la construction d’une mini raffinerie.  « Notre gros projet est la construction d’une mini raffinerie. Le Bénin est un pays pétrolier membre de l’Opep. Nous avons foré par le passé. Et nous pensons reprendre la production bientôt. Nous sommes actuellement en négociation avec les compagnies pétrolières. Mais en attendant, il faut que le Bénin règle son problème d’approvisionnement. Pour cela, nous allons mettre en place cette mini raffinerie. Nous sommes en pourparlers avec les partenaires, et le meilleur d’entre eux sera choisi. Sa réalisation sera un instrument positif pour lutter efficacement contre l’essence frelatée », a précisé le ministre Samou Adambi. Il est à préciser que c’est 832 milliards de francs Cfa qui est consacré au secteur de l’eau, des mines et des hydrocarbures pour le compte du quinquennat 2021 2026.

Joël Samson Bossou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here