A l’approche des élections, les appétits s’aiguisent, chacun des hommes politiques cherchant le meilleur positionnement possible pour sa survie. D’où souvent des départs et arrivées dans les différents partis politiques. Un phénomène qu’il faudra maîtriser pour le développement du pays.

Les élections sont comme un miroir, qui grossit les traits. C’est souvent un moment politique intense qui, à travers les soubresauts et infortunes diverses vécues par les uns et les autres, révèle les tares et faiblesses des hommes politiques. L’une de ces tares connues sous nos cieux, c’est la transhumance politique, ou communément, « l’art d’aller brouter là où l’herbe est fraîche ». Car on le sait tous, la constance n’est pas souvent la chose la mieux partagée en politique. Mais, si on ne peut l’empêcher, on peut limiter la démission de certaines catégories d’hommes politiques (députés, maires, C.a, conseillers municipaux et communaux) à travers des lois spécifiques. Certes,  le financement des politiques a pris en compte une partie du phénomène, mais on peut en ajouter 3 autres articles à la Charte des partis politiques, ou au Code électoral pour encadrer les démissions opportunistes et fantaisistes. Il s’agira pour tout élu démissionnaire d’un parti  de perdre son poste  au profit de son suppléant ; ensuite, toute démission d’un suppléant remplaçant rend le poste vacant ;  et tout élu démissionnaire doit faire preuve de militantisme durant 2 ans dans le parti d’accueil avant tout positionnement sur une liste de candidatures à l’exception d’un nouveau parti. Ces trois dispositions à coup sûr auront le mérite de calmer les ardeurs impétueuses des ovnis et autres cibles mouvantes de notre classe politique. Il faudra aussi espérer que le temps fasse son œuvre. Car de toute façon, d’ici 2026 la transhumance sera juste entre 3 à 5 partis politiques. Puisqu’en 2026, il y aura une  recomposition et un éclaircissement de l’environnement politique,  beaucoup de partis politiques disparaîtront de la liste des 12 actuels. De plus, les élections seront quinquennales, donc le mercato politique sera aussi quinquennal.

W. N

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here