La ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Éléonore Yayi Ladékan était le lundi 22 novembre 2021, devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale pour défendre le budget exercice 2022 de son département. Elle aura donc à gérer pour 2022 un budget de 71 milliards 522 millions 208 mille de FCfa.

Étant donné que le sous-secteur de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a été très en vue en matière de réformes, la cagnotte allouée nourrit ainsi beaucoup d’ambitions. On peut souligner les fortes actions du gouvernement à travers déjà la fonctionnalité des Conseils d’administration, la qualité même des offres de formation dans leur dynamisation. Les offres de formations doivent désormais être attrayantes de façon à ce que les apprenants et les diplômés sortis soient compétitifs. Car, ils sont nombreux à se chercher et à chercher des points de chute. Ce côté de dynamisation des offres de formation a été donc un point fort. Pour la ministre Éléonore Yayi Ladékan, il y  a également un point fort en ce qui concerne la qualité du personnel enseignant. « Il faut que ce personnel enseignant soit accompagné et appuyé en renforcement de capacités surtout en matière de pédagogie. Il ne s’agit pas d’avoir juste le doctorat pour prendre en charge la formation de nos apprenants. Il faut être qualifié et nous avons constaté que cet aspect-là manque un tout petit peu. Nous allons donc mettre en place des modules de formation pour renforcer le personnel enseignant», a signifié la ministre. Il en sera de même pour le personnel administratif qui est quasiment inexistant. Quant aux questions liées aux infrastructures, il s’agit d’un point essentiel pour la ministre Éléonore Yayi Ladékan, parce que, explique-t-elle, sans infrastructure, sans dispositif technique, nous ne pouvons pas justifier une formation de qualité. C’est pour cela que nous avons prévu quelques actions d’infrastructures au niveau de notre budget. Quant aux inquiétudes des députés liées aux filles par rapport à la question du harcèlement sexuel en milieu universitaire, la ministre Éléonore Yayi Ladékan a rassuré les élus du peuple des actions qui sont déjà initiées pour sécuriser ces dernières et punir sévèrement les auteurs.

Martial Agoli-Agbo

(Br Ouémé-Plateau)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here