Le collectif des partis et mouvements politiques de l’opposition est dépassé par les réalisations du Programme d’actions du gouvernement (Pag). Au lieu de reconnaître les progrès enregistrés par le Bénin depuis avril 2016 et décerner une fière chandelle au président Patrice Talon et à son gouvernement, Eric Houndété et les siens ont préféré critiquer pour ne dire au lendemain du discours sur l’état de la Nation prononcé le 29 décembre 2020 par le chef de l’Etat devant la Représentation nationale.

Qui voyage loin ménage sa monture, dit-on. Convaincu de ce que le Bénin a d’énormes gaps à combler sur tous les plans pour son développement, le président Patrice Talon a, dès son accession à la magistrature suprême, pris le taureau par les cornes. Le Programme d’actions du gouvernement (Pag) concocté et mis en œuvre depuis 2016 a révélé au grand jour ses ambitions pour le Bénin. Secteur par secteur, le Bénin se métamorphose à la grande satisfaction des Béninois. Mardi 29 décembre 2020, le président de la République n’a pas boudé son plaisir à passer en revue les réalisations du quinquennat devant la Représentation nationale à l’occasion de son discours sur l’état de la Nation. Contre toute attente, le collectif des partis et mouvements politiques de l’opposition a rendu public un communiqué dans lequel le porte-parole bat en brèche les progrès enregistrés en 2020 et au cours du quinquennat passées au peigne fin par le chef de l’Etat. Eric Houndété interprète à sa manière et sans discernement les propos du chef de l’Etat. « Il se glorifie d’avoir, dans tous les domaines : économique, politique et social, fait mieux que tous les gouvernements connus dans notre pays depuis les indépendances. Pourtant, reconnaît-il lui-même, en matière d’eau, d’énergie, d’internet et d’infrastructures, beaucoup de choses qu’il a fermement pris l’engagement de concrétiser en 5 ans n’ont pas été bouclées ». Cette phrase suffit largement pour comprendre que le président du parti « Les démocrates » manque de sincérité. L’opposition doit certes jouer son rôle dans une démocratie mais pas à peindre en noir les années de labeur de tout un régime. Malheureusement, c’est le cas avec les opposants réunis au sein de ce collectif. Il y a certes des choses à parfaire sous le Nouveau départ mais l’honnêteté intellectuelle voudrait que les performances réalisées soient tout au moins reconnues dans les discours prononcés. Que Patrice Talon dise que les réformes ont abouti à des réalisations record aujourd’hui n’est nullement de l’autosatisfaction. Bien au contraire ! En matière d’eau, d’énergie et d’infrastructures pour ne citer que ces exemples, les Béninois peuvent aujourd’hui être fiers de leur gouvernement et de son chef. En effet, en ce qui concerne le domaine de l’eau par exemple, ce n’est aucunement de l’exagération que le président de la République dise que l’eau potable est à la portée de 2 Béninois sur 3 et que la quasi-totalité des Béninois disposera de ce bien élémentaire avant la fin de l’année 2023. C’est parce que les moyens sont mobilisés et que toutes les conditions sont réunies sur toute l’étendue du territoire national que ces propos ont été tenus. Au plan énergétique, la dynamique est la même. A ce jour, le Bénin produit la moitié de ses besoins et sera totalement autosuffisant d’ici juin 2022. S’agissant des infrastructures routières qui desservent les Communes, quartiers de villes et villages, c’est un secret de polichinelle que le patrimoine national a atteint un niveau d’envergure qui force l’admiration. Le rythme et la qualité des travaux en ce qui concerne aussi bien les routes revêtues que les routes en terre et les pistes rurales, permettent désormais à chaque Béninois d’avoir la certitude qu’il verra ce qui était, il y a peu, un luxe lointain, voire improbable. En matière d’infrastructures administratives, marchandes, socioculturelles et sportives, le Bénin est en passe de disposer d’un patrimoine considérable dont le rythme de réalisation est désormais à la hauteur des attentes. Toutes ces performances juxtaposées, il y a de quoi que Patrice Talon se glorifie au regard des engagements pris.

 

Le système éducatif n’a été détruit sous Talon

 

Le collectif est décidément en panne d’inspiration. Sinon comment comprendre que le fait de reconnaitre que la situation du système éducatif est préoccupante est la preuve du sacrifice de la jeunesse ? L’insuffisance de la couverture des besoins en infrastructures et surtout en enseignants et la faiblesse d’ordre structurel relevée par Talon ne peuvent pas être assimilés à la compromission de l’avenir de la jeunesse. Bien au contraire ! Des réformes hardies ont été entreprises pour que les travers de plusieurs années ne soient qu’un lointain souvenir et que les enfants soient davantage scolarisés. S’agissant du chômage auquel le système éducatif béninois forme, cela est de notoriété publique. Ce n’est pas l’apanage du Nouveau départ. Contrairement à ses prédécesseurs, Patrice Talon a eu le mérite d’appliquer la thérapie qu’il faut pour offrir à l’économie nationale la main-d’œuvre qualifiée dont elle a besoin pour le développement et la création de la richesse au plan national.

 

Serge Adanlao

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here