La Grande place sise de Porto-Novo abrite depuis le 9 décembre 2020, une exposition d’art contemporain baptisée  « Interdit d’interdire ». Elle a été possible grâce à la collaboration du Fonds régional d’art contemporain Occitanie Montpellier (Frac Om).

L’exposition « Interdit d’interdire » regroupe des photographies, des installations originales ainsi que huit (08) œuvres vidéo issues de la collection du Fond régional d’art contemporain Occitanie Montpellier (Frac Om). Elle symbolise la liberté d’expression des artistes. L’environnement, la préservation des espèces d’oiseaux, les rapports humains etc. sont les sujets abordés par des artistes de diverses nationalités dans leurs œuvres. Pour Rafiy Okéfoulahan, l’exposition « Interdit d’interdire » donne la parole sans limite, casse les normes et refuse toute censure. « À travers les œuvres réunies à La Grande Place, les artistes s’expriment librement. Qu’il soit question d’enfance, de lutte contre la répression, d’amour ou de transition écologique, leurs créations donnent à songer, niant toute restriction », a confié l’artiste à l’occasion du vernissage de l’exposition dimanche 13 décembre 2020. Pour lui, le titre de l’exposition tient compte de l’actualité nationale liée à la pandémie du Coronavirus. « Il y a eu beaucoup d’interdit, des privations de liberté, de pensée, de parole et même de création. De nombreux artistes se sont vus interdit de jouer et de participer aux activités artistiques sous prétexte que la pandémie sévit », a expliqué l’artiste plasticien. « Interdit d’interdire », poursuit-il, c’est aussi le contexte social dans lequel évoluent les artistes surtout par rapport aux préjugés. Il estime que les préjugés de la société freinent parfois la création artistique. « Depuis la seconde Guerre mondiale, on a remarqué qu’il y a eu beaucoup d’interdits. On dirait que notre vie actuelle est constituée que d’interdits. Il y a tout le temps de nouvelles normes, de nouvelles façons de faire qu’il faut respecter », a déploré Rafiy Okéfoulahan. Sur l’exposition « Interdit d’interdire », Rafiy a travaillé avec des artistes de plusieurs nationalités dont la française, Maud Chabrol qui fait de la performance. Elle utilise son corps pour faire passer un message. L’exposition s’étend jusqu’au 15 février 2021.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here