Les élections régionales en  France dimanche dernier  ont été marquées par une large  abstention, Et pourtant ces  élections seront validées. Contrairement à ce qui se passe sous nos cieux, on n’entendra personne, y compris les sommités intellectuelles, demander leur invalidation. Cela devrait servir de leçon et aider à calmer les ardeurs des  polémistes sur les réseaux sociaux.

Seulement 32,2 % de participation au premier tour des élections régionales du dimanche20 juin 2021 en France. Soit plus de 2/3 du corps électoral qui ne s’est pas déplacé pour aller voter. Sur 100 français en âge  de voter, seulement  32 ont effectué le déplacement  dans les bureaux de vote.  En d’autres termes, 2/3 des électeurs français  n’ont pas cru devoir ou juger utile  d’aller aux urnes pour  élire leurs représentants  dans les différentes  instances  régionales. Et pourtant ces élections seront  bel  et  bien validées. La leçon, dans aucun pays démocratique au monde, il n’est raisonnable de parler d’annulation d’élections pour cause d’abstention. Car, en  de pareilles circonstances  au Bénin, on aurait entendu des mûres et des pas vertes. Parce que quand les abstentions ont été constatées au Bénin  lors de différents scrutins, certains d’entre eux ont tôt fait de crier que ce n’était pas une vraie élection. Comme à l’image de tout  ce qui a été raconté à l’encontre du président Talon et la Rupture  en lors des législatives de 2019, voire  des communales et municipales  de 2020 et lors de la dernière présidentielle dans une moindre mesure. Parallélisme des  formes oblige, ils devraient exiger la l’annulation des élections  régionales, ou  au besoin exiger la reprise des élections  régionales .Cependant, si la démocratie française, vielle de près de 200 ans , forte d’ailleurs d’une  éducation à la citoyenneté exemplaire,  en arrive à considérer encore aujourd’hui que l’abstention ne peut constituer une raison suffisante à l’annulation d’une élection, c’est un signal fort pour ceux parlent d’annulation pour cause de forte  abstention .La représentativité ne varie pas donc d’un continent à l’autre . La réalité est donc ailleurs : on assiste plutôt  à un essoufflement du concept démocratique dont les règles ont refusé d’évoluer au rythme des attentes des citoyens.

Wilfrid noubadan

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here