Après un an de détention préventive, l’ancien procureur près le Tribunal de Kandi et son substitut ont recouvré leur liberté hier lundi 14 juin 2021. Poursuivis pour « intelligence avec une organisation de terrorisme, abus de fonction et corruption », Karimi Abdoul Adéoti, Procureur près le Tribunal de Kandi, son substitut Alphonse Amoussou et le commissaire de Kandi, Abrazizou Ali Baba ont été placés sous mandat de dépôt le 26 mai 2020. Cette mise en liberté fait suite au non-lieu du juge en charge du dossier. Selon les faits, il leur est reproché une « libération suspecte » du sieur Sadam Oumarou, arrêté dans le parc de la Pendjari. Au cours de leur audition à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), leurs conseils ont soulevé une exception préalable, relativement aux deux magistrats dont les poursuites requièrent une procédure, notamment : « Tout dossier de magistrat susceptible d’être poursuivi devant la justice doit passer d’abord devant la Cour suprême qui décide de la juridiction qui doit connaître de la procédure ». Les avocats ont donc soulevé cette exception préalable relative à l’article 634 du Code de procédure pénal. Ils ont demandé pour ce faire, la relaxe pure et simple de leurs clients jusqu’à la reddition de la décision de la Cour suprême. Mais dans sa décision, le juge des libertés a prononcé une détention préventive à l’encontre des deux magistrats et de l’officier de police judiciaire. La Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here