La rencontre entre le président Patrice Talon et son prédécesseur, Yayi Boni longtemps souhaitée pour décrisper la tension sociopolitique a finalement eu lieu le 22 septembre 2021 à la Présidence de la République. Elle vient conforter le président du parti Restaurer la confiance (Rlc), Irené Agossa, qui a toujours prôné le dialogue pour régler les différends sur l’échiquier politique.

Yayi Boni l’a finalement compris. Dans la vie en général et en politique en particulier, seul le dialogue permet de résoudre les problèmes. Bien qu’aucune des exigences qui ont conduit son parti, « Les Démocrates », à demander au peuple de boycotter la dernière élection présidentielle n’ait  été satisfaite, le chantre de la Refondation a décidé de fumer le calumet de la paix avec son successeur à La Marina afin de faciliter le dialogue entre les forces politiques. En allant rencontrer Patrice Talon le 22 septembre 2021, l’ex-chef de l’Etat sait désormais que dans un processus démocratique, on peut ne pas être d’accord avec le choix des modèles politique, économique, social…d’un pouvoir en place et pourtant dialoguer avec lui. Ceci est d’autant plus vrai que le contexte béninois est caractérisé par une rupture démocratique fondée sur la dictature des lois. Mieux, l’ancien président d’honneur de la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) sait qu’aller rencontrer le président Talon et négocier, ne fait pas forcément d’un opposant un diable ou un traître. En agissant comme tel, le président Yayi donne raison à Irené Agossa qui a toujours prôné le dialogue pour aplanir les divergences. Il a reconnu implicitement le leadership éclairé du président de Restaurer la confiance (Rlc). C’est d’ailleurs ce dialogue, privilégié très tôt, qui a permis au président de Restaurer la confiance (Rlc) d’obtenir les parrainages pour participer à l’élection présidentielle d’avril 2021 afin d’affronter le président Talon dans les urnes. En optant pour le dialogue, l’ex-chef de l’Etat a compris maintenant que tous ceux qui avaient appelé le peuple à ne pas aller voter en avril 2021 étaient tout, sauf « des Démocrates ». Ils ont offert le second mandat au président Talon sur un plateau d’or. Indirectement, le président d’honneur du parti « Les démocrates » reconnaît aussi par son geste qu’il existe un chef d’Etat au Bénin et qu’il faut le reconnaître en tant que tel pour être son opposant. Yayi Boni a enfin compris qu’il ne servait à rien de nier la réalité.

Il a compris tard ce que Iréné Agossa et son parti Rlc avaient compris tôt. En politique, les rapports entre les acteurs étant principalement des rapports de force, cela permet de comprendre selon quelles logiques les hommes s’opposent ou parviennent à s’accorder. En rencontrant Patrice Talon le 22 septembre 2021, Yayi Boni a ainsi donné le ton d’une clarification au sein de l’opposition en général et en particulier d’une réunification de l’opposition ayant pour principe le dialogue et l’alternance par les urnes. Il faut donc que celle-ci rattrape en 2023, ce qu’elle a manqué en 2021.

Abdourhamane Touré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here