Insécurité transfrontalière :Le Bénin prévient l’extrémisme violent

0
561




Les questions d’insécurité transfrontalière préoccupent le chef de l’Etat et son gouvernement. C’est pourquoi, il a été organisé un dialogue national d’échanges d’expériences et d’analyses sur les enjeux des frontières à l’ère de la montée de l’extrémisme violant dans les pays limitrophes du Bénin. La cérémonie qui a eu lieu, jeudi 14 juin 2018 à Cotonou, a connu la présence du ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia.
Les autorités béninoises entendent prendre les dispositions, pour prévenir l’extrémisme violant sous toutes ses formes, par la viabilisation des frontières. Ce phénomène prend de plus en plus de l’ampleur dans la sous-région. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a initié un dialogue national sur le thème « Frontières, tourisme et extrémisme violant ». Cette rencontre vise à réfléchir et proposer des solutions pour prévenir les actes de ce phénomène qui pourraient porter atteinte au développement du tourisme. Egalement, il s’agit de permettre aux acteurs politiques, aux forces de défense et de sécurité publique et aux experts, de mutualiser leurs connaissances et de parvenir à une meilleure compréhension de l’extrémisme violant et de sa prévention. Selon Sacca Lafia, ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, ce dialogue entre dans le cadre de la sensibilisation des acteurs de développement sur l’extrémisme violant et son impact sur le tourisme.


« Car, le Chef de l’État, Patrice Talon entend faire du tourisme un levier de développement économique », a-t-il précisé.A l’en croire, les recommandations issues de cette assise vont contribuer à une meilleure prise de conscience de chaque responsable à divers niveaux et la nécessité d’investir dans les zones frontalières afin d’occuper les populations à aller vers les actes de terrorisme et d’autres actes abjectes.Dans son intervention, Marcel Baglo, Directeur général de l’Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers, a fait entendre que le Bénin ne veut pas rester les bras croisés et attendre les premières manifestations de l’extrémisme violant. Donc, a-t-il poursuivi, cet atelier vient confirmer la vision du président de la République d’assurer la sécurité des frontières et de diminuer les risques d’insécurité pour l’essor du secteur de tourisme au Bénin.Il faut souligner que cette rencontre à réunir les hauts gradés des forces de défense, de la Police républicaine, des experts internationaux et les Partenaires techniques et financiers (Ptf).

Donald Kévin Gayet (Stag)

LAISSER UN COMMENTAIRE