La Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) n’a plus la majorité absolue à Parakou. Saisie par le sieur Assouman Amadou Yessoufou, la Cour suprême a, jeudi 16 juillet 2020, invalidé un siège du parti et ordonné la reprise des élections du maire, des adjoints au maire et des Chef  d’arrondissement. Aussitôt la décision rendue publique, le conseiller perdant Ousmane Abdoulaye Traoré a édifié la presse sur les tenants et les aboutissants de la guéguerre. Lire sa déclaration.

Déclaration du conseiller Ousmane Traoré

Je voudrais d’abord rendre grâce au tout puissant qui m’a permis d’être en vie jusqu’à ce jour. Je remercie tous les militants qui ont porté leur choix sur ma modeste personne et plus précisément tous les militants du « Réseau Ousmane Traoré » à Parakou. Ce qui nous est arrivé est vraiment triste mais c’est malheureusement la réalité.

Qu’il vous souvienne que l’installation du maire de Parakou avait été un échec dans un premier temps. J’avais voté contre la désignation du maire Aboubacar Yaya, des adjoints et des Chefs d’arrondissement parce qu’il y avait un malaise au sein du parti. Après cet épisode, nous nous sommes réconciliés. Je pensais que la hache de guerre était enterrée mais malheureusement, c’est entre nous-mêmes qu’on s’entretue. Je vais prendre notre président, Paul Hounkpè, et l’opinion publique nationale et internationale à témoin. La Fcbe vient de s’enterrer elle-même.

Par rapport au recours, nous avons tout fait pour savoir qui l’a introduit mais impossible. Je suis allé au niveau de la hiérarchie du parti pour que le recours soit retiré mais toutes les tentatives ont été vaines. Nos dirigeants n’ont pas voulu faire la lumière sur l’affaire. L’objet du recours est une affaire de condamnation assortie de sursis qui date de 2014. C’était parti pour que le siège de Ousmane Traoré soit invalidé et que son suppléant, très proche du maire Aboubacar Yaya, le remplace. Je suis comme un danger qu’il fallait éjecter à tout prix. Dieu étant amour, il a voulu que ce soit le parti qui perde. Aujourd’hui, ce n’est plus le siège de Ousmane Traoré qui est invalidé mais le siège de Ousmane Traoré et de Amadou Yessoufou, respectivement conseiller titulaire et suppléant sur la liste Fcbe. Le recours ne provient ni du Br, ni de l’Up. Il provient de la Fcbe. Il faudrait que le secrétaire exécutif de la Fcbe sache que la Fcbe a été enterrée à Parakou par les dirigeants qui sont à la tête. Je ne veux citer le nom de personne pour le moment. Mais si le maire Aboubacar Yaya n’est plus maire de Parakou, cela vient de nous. Ils ont voulu me faire du mal mais ce mal s’est retourné contre eux.

Ce qui va se passer avec cette décision, ce sera un protocole de gestion communale comme le disent les textes. Désormais, la Commune de Parakou disposera de 32 conseillers à raison de 16 pour la Fcbe, 14 pour le Br et 4 pour l’Up. Malheureusement, on ne pourra plus parler de majorité, ni de majorité absolue, la mouvance étant à 16 conseillers.

Aussi petit que nous soyons, il faut qu’on apprenne à nous écouter. Il faut que cela soit un exemple pour les autres dirigeants. Il faut que les dirigeants se ressaisissent pour ne plus commettre ses genres d’erreurs. A tous les membres du « Réseau Ousmane Traoré », je leur demande de ne pas se décourager. La guerre vient à peine de commencer. C’est maintenant que nous allons nous apprêter pour les futures batailles. Nous avons Parakou en main contrairement  à ce que les gens disent. Plaise à Dieu, nous allons maintenir notre base. Je vous remercie.

La guerre fratricide entre Fcbe qui fait perdre son poste  au maire Aboubacar Yaya

La nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux dan la soirée d’hier jeudi 16 juillet 2020. Suite à une décision de la Cour suprême, la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), parti jusque-là détenant la majorité absolue a perdu un siège de conseiller municipal. Conséquence, la formation politique perd cette majorité absolue qui ne tenait qu’à un seul siège et le maire Aboubacar Yaya perd d’office son poste. Mais il ne faudrait pas faire de l’amalgame car, il s’agit d’une guerre fratricide à l’interne qui a conduit à ce cataclysme pour le parti. En effet, le conseiller Ousmane Traoré déchu a fait, par le passé, l’objet d’une condamnation devenue définitive pour fait d’escroquerie. Il ne pouvait et ne devait donc pas être aligné sur une liste électorale, conformément à la loi. Mais peut-être aurait-il échappé à cette sentence si son cas n’avait pas été porté devant la Cour suprême puisque son dossier de candidature ne renseigne pas sur son statut de condamné. Autrement la Commission électorale nationale autonome (Céna) l’aurait certainement relevé et aurait pris la décision qui s’impose. D’après le désormais conseillé, c’est son suppléant proche du maire Aboubacar Yaya qui l’a dénoncé. Mais à quelle fin? Prendre sa place et siéger désormais comme conseiller. Pour rappel, le conseiller Ousmane Traoré fait partie des frondeurs du parti. Il était le seul conseiller Fcbe à avoir voté contre l’élection de Aboubacar Yaya le 28 mai dernier. Il est donc normal qu’on veuille se séparer de lui pour mieux contrôler la situation. Mais voilà que la situation tourne au vinaigre et se retourne contre le parti qui perd tout en voulant tout gagner. C’est donc clair qu’il ne s’agit nullement d’une manœuvre contre les Cauris.

 

Abdourhamane Touré

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here