Journées portes-ouvertes:Un pont établi entre la ville et l’Université de Parakou

0
412




L’Amphi 1000 de l’Université de Parakou (Up) a servi de cadre,  le mercredi 08 août 2018, aux manifestations officielles entrant dans le cadre des activités de la Journée de la  coopération portes ouvertes sur l’Université de Parakou (Jcpo-Up). Placée sous le thème « Contribution de l’Université au service du développement de la Commune de Parakou », elle a connu la présence du maire Charles Toko et une délégation venue du Togo.
Créée en septembre 2001 par décret 2001-365, l’Université de Parakou (l’Up) fait des merveilles aux plans national et international dans le domaine des recherches  et des  innovations. Malheureusement ses prouesses sont très peu  vulgarisées,  diminuant du coup  la visibilité de l’université et, par ricochet, son impact sur le développement du territoire qui l’abrite.  Ce qui ne permet donc pas  aux acteurs du développement de la ville de Parakou et ses environs  d’apprécier les différents  atouts et opportunités dont dispose le secteur pour leur accompagnement.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle » style= »display: block; text-align: center; » data-ad-layout= »in-article » data-ad-format= »fluid » data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″ data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

La présente Journée de la  coopération portes ouvertes sur l’Université de Parakou (Jcpo-Up) vient à point nommé,  dira Ansèque Gomez Kouami, président du comité préparatoire, pour corriger le tir et intégrer réellement l’université à son territoire. Elle vise non seulement à rétablir la connexion entre l’Université et la municipalité de Parakou, mais  également à amener les  acteurs du développement de la cité des Kobourou  et ses environs à  mieux connaître l’Université de Parakou et ses capacités contributives au développement local de la région. Faisant référence aux textes sur la décentralisation, le Secrétaire général de la préfecture du Borgou, Sanni Bayé Bio, a salué ce partenariat naissant entre la mairie et l’Up. Après avoir énuméré quelques avantages à y tirer, il a défini le rôle de chaque partie avant d’appeler à une mobilisation autour de cet idéal.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle » style= »display: block; text-align: center; » data-ad-layout= »in-article » data-ad-format= »fluid » data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″ data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Prosper Gandaho, le recteur de l’Up a, pour sa part, rassuré le maire qu’il ne s’est pas trompé d’adresse en soutenant la Jcpo-Up. En ouvrant les travaux, le maire de Parakou Charles Toko, a laissé entendre que les deux auraient pu se mettre ensemble pour trouver des solutions durables aux questions du développement à la base, notamment celles liées aux lotissements qui constituent un os dans la gorge des élus communaux. Il a alors souhaité que cette journée consacre la rupture avec le passé et qu’elle marque un nouveau départ, celui de la création d’un véritable cadre de coopération entre leurs institutions. « Il est temps que la ville puisse profiter des opportunités certaines qu’offre ce haut lieu du savoir. Après dix-sept ans d’existence de l’Université de Parakou, la commune est en droit d’exiger d’elle plus de disponibilité, plus de solutions, plus d’innovations et plus d’alternatives », a insisté Charles Toko.

Zéphirin Toasségnitché
(Br Borgou-Alibori)

LAISSER UN COMMENTAIRE