La Sbee en restructuration

0
652




Lors de son passage sur l’émission « Le Bénin en chantier », Jean-Claude Donan Houssou, ministre de l’Energie, a fait part des réformes opérées au niveau de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee). La société est en restructuration pour affronter les défis de la modernité.

La Société béninoise d’énergie électrique est aujourd’hui en pleine restructu-ration. En effet, la Sbee a pour objectif aujourd’hui de mieux servir les clients et faire en sorte que l’énergie soit disponible en tout temps, en quantité, en qualité et à moindre coût. Le souci permanent du gouvernement est de faire de la Société une société championne où l’efficacité technique et financière règne. La restructuration repose sur un contrat-plan qui sera un engagement réciproque entre l’Etat et la Sbee. A en croire Jean-Claude Donan Houssou, ministre de l’Energie, ce contrat-plan est soutenu par des indicateurs clairs. Un opérateur avec des références internationales sera recruté par un appel d’offres international afin de prendre en main la gestion de cette entreprise d’Etat sur une durée de 3 à 4 ans. « Ce n’est nullement une privatisation, car la délégation a une durée précise. Il y aura des indicateurs de performance sur la base desquels l’opérateur sera rémunéré», a-t-il martelé.

Toujours dans le cadre des réformes, le code bénino-togolais de l’énergie a connu une évolution ; ce qui permet désormais aux producteurs privés d’énergie de s’installer au Bénin. Cela permet d’avoir une diversité en matière de fourniture d’énergie. Lors de cet entretien, le ministre de l’énergie a rappelé aussi l’adhésion du Bénin à l’Alliance solaire internationale. Cette adhésion permettra au Bénin de bénéficier de projets, de transferts de technologies et de compétences. Tout cela engendrera l’installation de producteurs indépendants et donc des contrats d’achat d’énergie négociés. Cela permettra à la Sbee d’avoir des opportunités à moindre coût.



Le client au cœur des réformes

Pour la fourniture de l’électricité à moindre coût, il faut réunir autour d’une table, les parties prenantes afin de voir si le prix pratiqué aujourd’hui correspond au prix de revient. En tout cas, le souci permanent du chef de l’Etat Patrice Talon reste et demeure la disponibilité de l’énergie en quantité, en qualité et à moindre coût afin de supprimer les toiles d’araignée et de créer de nouveaux réseaux. A l’avis de Jean-Claude Donan Houssou, le taux d’accès à l’énergie qui est de 55% en milieu urbain et 7% en milieu rural devra être amélioré. « Ce taux devra être amélioré significativement afin que l’énergie ne soit plus un luxe mais une nécessité pour tous », a-t-il conclu.

Armel Nelson Avadémey

LAISSER UN COMMENTAIRE