Intervenant dans l’émission Zone franche de Canal 3 dimanche 21 mars 2021, le député Assan Seibou, membre du Bloc républicain (Br), a rappelé les démarches du parti, à travers le Bénin, pour sensibiliser au comportement non-violent pendant la période électorale.

« L’état d’esprit des populations béninoises en général, c’est le refus de la violence ». C’est ce qu’a déclaré le député du Bloc républicain (Br), Assan Séibou sur Zone franche dimanche 21 mars 2021. Il a ensuite battu en brèche toutes les craintes nourries et évoquées ici et là par une franche de l’opposition pour perturber le processus électoral. L’élu parlementaire a condamné à ce propos, et qualifié « d’irresponsable », la tribune publiée sur Médiapart, par les opposants assistés de quelques députés et avocats français pour exiger l’arrêt du processus électoral. « On vous intoxique quand on est à l’étranger », a-t-il  ensuite ajouté paraphrasant le colonel à la retraite Pascal Tawès. Pour Assan Seibou, le scrutin est l’aboutissement d’un long processus. On ne peut donc pas l’arrêter. D’ailleurs, ne pas aller aux urnes le 11 avril prochain, serait pour lui, la porte ouverte à l’illégalité et à l’illégitimité. Le député a par ailleurs fustigé les incohérences du parti « Les Démocrates », et déploré le choix d’une « candidate » qui n’a pas mouillé le maillot comme les autres. Ce qui selon lui, a créé des tensions et la division dans le camp de l’opposition.

 

Préserver la paix et gagner au premier tour

 

Le Bloc républicain a deux défis à relever pendant la prochaine Présidentielle. Préserver la paix et faire gagner le candidat Patrice Talon au premier tour. Ils ont été rappelés par le député Assan Seibou aux Béninois au cours de l’émission. Le député veut que la prochaine élection présidentielle soit une fête. Et a donc appelé les Béninois à aller voter le 11 avril prochain. « Aller voter, aller choisir », a-t-il déclaré. Pour lui, exprimer son suffrage, c’est une manière de se prononcer sur la gestion du pays et les réformes en cours. Et de sanctionner au cas où. Pour le reste, selon lui, la stratégie au Br pour faire gagner Patrice Talon,  c’est de « chanter et susciter l’espoir ». Mais surtout de respecter les adversaires, c’est-à-dire les deux autres duos candidats. Le respect des adversaires est d’autant plus important pour lui que, depuis l’histoire du Renouveau démocratique en 1990, ce sont les candidats sous-estimés qui parviennent à s’imposer et tirer leur épingle du jeu.

 

Wilfrid Noubadan

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here