Les réformes engagées par le président Patrice Talon augurent de belles perspectives pour le Bénin. Cette forte conviction, le Professeur titulaire de génie chimique et de génie des procédés alimentaires, Pierre Dossou-Yovo, l’a exprimée sur l’émission  « L’entretien » de la chaîne de télévision E-Télé dimanche 16 mai 2021. Selon le directeur de l’Agence béninoise de valorisation des résultats de la recherche et de l’innovation technologique (Abevrit), les cadres béninois doivent s’inscrire dans la même dynamique que le chef de l’Etat et accompagner les réformes plutôt que d’attiser des tensions ça et là dans le pays. A son avis, rien ne peut expliquer ce comportement. « Ils n’aiment pas le pays. Quand on aime son pays, on ne peut pas se comporter ainsi. Ceux qui sont en exil sont au frais. Ils savent qu’on ne se comporte pas n’importe comment dans leurs pays d’accueil. On vous applique la loi. Mais, pourquoi chez soi on ne peut pas s’organiser de façon à ce qu’il y ait cette paix pour qu’on puisse bien travailler ? », s’est-il interrogé. L’invité de la journaliste Angèle Toboula a aussi salué la méthode de gouvernance du président de la République. Pour Pierre Dossou-Yovo, Patrice Talon est un homme de rigueur qu’on ne peut pas émouvoir. Désormais, a-t-il indiqué, on doit être fier de la nouvelle approche de gouvernance au lieu de cultiver la négation du développement. Par exemple, avec la réforme sur le droit de grèves, on note une avancée. « C’est assez calme. Le fonctionnaire comprend que s’il perd du temps à aux usagers de l’administration, il doit rembourser. Il a dix jours de manifestation. Au-delà de cela, on lui fait des défalcations sur son salaire. Face à cette évidence, tout le monde s’est assagi et a compris qu’il faut travailler pour développer ce pays », a-t-il fait observer.

 

  1. S. B.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here