La réalisation d’une liste électorale fiable et transparente est l’autre défi à relever dans le cadre des prochaines élections législatives prévues pour le 08 janvier 2023. Sur la question, les positions sont loin de se concilier et certains partis émettent déjà des griefs contre le processus de réalisation de la Liste électorale informatisée (Léi) qui sera exploitée dans le cadre du scrutin législatif en vue.

Depuis l’avènement du renouveau démocratique au Bénin, la réalisation de la liste électorale a toujours donné lieu à des bras de fer et des contestations entre acteurs politiques. Malgré le passage des listes manuelles à la Liste électorale permanente informatisée (Lépi), les guéguerres ont persisté. On avait cru que le souci de la transparence et celui de la fiabilité de la liste seraient définitivement réglés avec la Lépi mais c’est sans compter avec les velléités de tricherie foncièrement ancrées dans les habitudes, l’objectif étant de gagner à tout prix les élections. Ce qui a de tout temps suscité des soupçons autour de cet important outil électoral, c’est la volonté clairement affichée de contrôler l’organe en charge de sa réalisation. Après dix ans d’expérimentation, la Lépi est désormais rangée au placard pour laisser place à la Léi. Cette dernière sera une extraction des données issues du Recensement administratif à vocation d’identification des personnes (Ravip) et celles de l’Agence nationale de traitement (Ant). L’expertise et la méthode déployées dans la conduite de ces opérations de collecte de données personnelles devraient faire conférer une dose de crédibilité à la Liste. Mais déjà, des voix s’élèvent au sein des partis de l’opposition pour exprimer certaines craintes sur sa fiabilité. Lors de la séance d’échanges tenue mardi 14 juin 2022 entre les partis politiques et la Commission électorale nationale autonome (Céna), Éric Houndété, président du parti « Les démocrates » et Expérience Tèbè, président du Mouvement populaire de libération (Mpl), n’ont pas caché leurs craintes et inquiétudes relativement à la liste électorale informatisée qui devra servir à l’organisation des législatives à venir. « Je ne suis pas rassuré que l’Anip va extraire une liste électorale crédible et désintéressée » a confié Éric Houndété. Pour lui, aucune assurance n’est permise au regard des hommes qui animent l’Anip. Il n’en veut pour preuve que dans leur position politique. Face à ces appréhensions qu’il estime légitimes, le président du parti « Les démocrates » propose qu’un audit contradictoire soit fait de la Liste électorale informatisée provisoire (Leip) que l’Anip est appelée à rendre publique dans les tout prochains jours. Cette démarche selon lui, aura le mérite de mettre en confiance tous les partis qui nourrissent des ambitions d’aller aux élections législatives et de les mettre sur un pied d’égalité. Son compère du parti Mpl Expérience Tèbè, est allé dans le même sens avec le vœu ardent que leurs préoccupations ne tombent pas dans des oreilles de sourds. De toute les façons, « plus rien ne sera comme avant », prévient-il.

Défi de la transparenceARTICLES SIMILAIRES

Cyber sécurité et protection des enfants en ligne : L’Anssi…Juin 23, 2022  0

Festival culturel « Sôssi palê » édition 2022 : Ya Salam…Juin 23, 2022  0

Célébration de la fête internationale de la musique au Bénin…Juin 23, 2022  0

Si la Lépi est restée semblable à un éléphant annoncé mais qui est finalement arrivé avec un pied cassé, la Liste électorale informatisée (Léi) quant à elle, donne d’énormes garanties de fiabilité au regard du processus de son élaboration. D’abord, elle est issue de la conjonction de la base de données transmise par l’Agence nationale de traitement (Ant) et celle générée par le Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip. Le Ravip, faut-il le rappeler, reste une opération d’envergure qui a donné le ton de la révolution en matière d’état civil au Bénin. Elle  a permis d’enrôler plus de 10 millions de béninois dans une base de données dotée d’un système qui s’autogère et qui génère des données actualisées au fil des naissances et des décès dans notre pays. C’est dire qu’un filtrage conséquent se fera au fur et à mesure et la marge d’erreurs et d’insertion de personnes fictives sera à un taux nul. Au regard de ces paramètres, on peut affirmer que le Bénin sera dotée d’une liste Electorale informatisée très technique qui prendra en compte tous les citoyens béninois régulièrement enregistrés et qui sont en âge de voter. La Liste Électorale Informatisée en conception  devra rassurer puisqu’elle n’est plus aux mains des politiques. C’est justement sur ce terrain que sont surtout attendus le gestionnaire mandataire de l’Agence nationale de traitement, Cyrille Gougbédji et son équipe.

Eviter les tiraillements inutiles

A tout de point de vue, la posture de l’opposition parait justifiée. Au demeurant, l’on se doit de dire qu’elle est totalement dans son rôle d’avoir un droit de regard sur la Léi au-delà de la légitime attente du peuple d’avoir une liste électorale sans reproches. Mais c’est tout aussi vrai que l’opposition doit éviter tout excès dans sa démarche. Au regard de sa position et des rapports de forces, l’opposition se doit de faire preuve de sagesse de de finesse. A force de pousser loin le bouchon, l’opposition risque de se retrouver sur le carreau et de passer une fois encore, à côté de l’opportunité de se repositionner sur l’échiquier. Nul doute qu’elle reste consciente de l’enjeu que constituent les élections à venir et évitera subséquemment de retomber dans les erreurs du passé.

Gabin Goubiyi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here