Lutte contre la cybercriminalité:La sécurité à rude épreuve à Savè

0
368




La Commune de Savè, dans le département des Collines, subit comme d’autres grandes villes du Bénin, les conséquences de la lutte contre la cybercriminalité. Ces conséquences se manifestent par de nombreux cas de cambriolages enregistrés ces derniers temps dans la localité. Les plus poignants restent et demeurent l’attaque par ces individus sans vergogne d’une boutique de vente d’articles divers et des domiciles privés des paisibles citoyens. C’était dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 avril 2018. Après leur forfaiture, ils se sont évadés dans la nature sans trace. Selon un élu local du milieu qui a requis l’anonymat, ces actes répréhensibles ne sont jamais enregistrés à Savè. «Nous avons connu par le passé des cas de braquages certes. Mais qui s’est produit tout récemment est la toute première dans l’histoire de la Commune », a-t-il souligné. D’après ses analyses, la lutte contre la cybercriminalité enclenchée par les pouvoirs publics serait à la base de cet état de chose. «La traque « Gaymen » a occasionné la fuite en avant des cybercriminels qui, se sentant menacés, quittent les grandes villes comme Cotonou, Porto-Novo, Bohicon et Ouidah pour se réfugier à Savè et environs», a fait remarquer l’élu local. Ainsi, ils sèment la zizanie au sein des communautés qui se battent contre vents et marrés pour gagner honnêtement leur vie.


Les éléments de la Police républicaine de Savè sont donc interpelés. Au-delà des efforts qui sont faits, ils doivent revoir leurs stratégies et renforcer les équipes de patrouilles diurnes et nocturnes en vue de débusquer ses divorcés sociaux de la société. «C’est un impérieux défi à relever quand on sait que le gouvernement a opté pour la réduction sensible de l’insécurité dans les villes et campagnes », a confié le conseiller local avant d’inviter le Directeur général de la Police républicaine, Nazaire Hounnonkpè à instruire ses collaborateurs de Savè afin que les auteurs des derniers cambriolages soient retrouvés. Cela permettrait de faire plus confiance aux forces de l’ordre.

Zéphirin Toasségnitché (Br Zou-Collines)

LAISSER UN COMMENTAIRE