L’entreprise de formation dans le milieu du sport et d’organisation de spectacles, « Monange promotions » organise du 6 au 9 juillet 2021 à Cotonou, une formation de haut niveau en marketing sportif assurée par le président de l’Observatoire du sport business en France, Vincent Chaudel. Un avant-goût du séminaire a été donné aux professionnels des médias lundi 28 juin 2021 à Cotonou par le directeur général de la société, Sosthène Sèflimi.

Formation de haut niveau en marketing sportif. C’est ce qu’organise l’entreprise « Monange promotions » du 6 au 9 juillet prochain à Cotonou. Pour permettre aux professionnels des médias de s’imprégner de l’initiative, le directeur général de la société était hier face à la presse. Selon Sosthène Sèflimi, la formation qui va se dérouler de 9 heures à 13 heures sera animée par l’expert auprès de l’Union européenne et président de l’Observatoire du sport business en France, Vincent Chaudel. Elle sera modérée par le conseil spécial aux sports du ministre des Sports Jean-Marc Adjovi-Boco. « Il (Vincent Chaudel) sera là pour nous aider à progresser dans le domaine du marketing sportif parce que vous savez tous que le président Patrice Talon a mis en place des réformes dans le secteur sportif. En 2019, il a institué la Taxe pour le développement du sport (Tds), une taxe qui veut que les entreprises qui ont un chiffre d’affaires supérieur ou égal à un milliard de FCfa, puissent payer un pour mille de leur chiffre d’affaires dans les caisses de l’Etat ou qu’elles l’investissent dans les sociétés sportives qu’elles auraient créées ou dont elles seraient copropriétaires. Ces sociétés sportives gèrent les clubs professionnels et pour ce faire, il faut des compétences pour exécuter les projets sportifs », a confié le conférencier. Malheureusement, a-t-il déploré, l’argent est désormais disponible pour financer ces clubs professionnels mais il manque de compétences (spécialistes de marketing sportif) dans les grandes entreprises, les  Fédérations sportives et les sociétés sportives créées ou à créer. C’est pour régler ce problème et accompagner les réformes du gouvernement dans le secteur sportif que l’entreprise « Monange promotions », avec l’appui du conseil spécial Jean-Marc Adjovi-Boco, a donc initié cette formation qui bénéficie du soutien du Ministère des sports.

Le contenu de la formation

Plusieurs thématiques seront développées au cours de la formation qui sera interactive et meublée de travaux en ateliers. Il s’agit entre autres, des bases de l’écosystème du sport business, de l’économie du football pro, de l’évolution des médias et réseaux sociaux, du sport et collectivités et des grandes compétitions/événements. Avant les communications, le point des connaissances sera fait pour savoir sur quels leviers agir pendant les 4 jours. 100 personnes à raison de 30 pour les grandes entreprises, 30 pour les sociétés sportives, 20 pour les Fédérations sportives et 20 pour les prestataires libres et consultants indépendants sont prévues pour participer à la formation. Au terme du séminaire, chaque participant aura droit à une attestation signée du formateur Vincent Chaudel. « Une attestation n’est pas un diplôme. Il ne s’agit pas pour nous de former des spécialistes professionnels de marketing en quatre jours et de leur décerner un diplôme. Il s’agit d’une actualisation ou d’un complément de connaissances chez ceux qui ont déjà des aptitudes », a prévenu Sosthène Sèflimi. Il n’a pas manqué d’inviter les cibles de la formation à ne pas rater cette opportunité inédite qui permettra de booster le marketing sportif au Bénin.

Serge Adanlao

Le Matinal: Comment s’est mis en place le projet de formation en Marketing sportif au Bénin ?

Vincent Chaudel: C’est suite à des échanges avec Jean-Marc Adjovi-Boco que je connais depuis de longues dates. J’ai eu du plaisir à accompagner le projet Diambars qui a eu un pont d’encrage au Sénégal mais qui va bien au-delà du Sénégal et qui se diffuse dans toute l’Afrique et même en Europe, en France en particulier. A l’initiative de Sosthène Sèflimi, le Directeur général de Monange Promotions, et du Conseiller  Jean-Marc Adjovi-Boco, je viens donc au Bénin pour animer du 6 au 9 juillet 2021, des demi-journées de formation en Marketing sportif.

Quel est votre parcours dans le domaine de formation en Marketing sportif ?

Sur le sujet, j’ai eu l’occasion de mener des formations et des missions dans différents pays du monde, dans les pays du Golf, ou dans les pays du Maghreb notamment, en Europe et en France, j’ai pu travailler avec la Commission européenne notamment sur la problématique de formation  des sportifs et autour du sport professionnel, sur les problématiques du droit télé, sur les problématique de réalisation de format des compétitions, sur les politiques publiques des collectivités, sur les infrastructures.

Quelles sont les thématiques qui seront abordées au cours des quatre journées de formation ?

Nous allons commencer avec les bases de l’économie du sport et de ses spécificités. Il s’agira de faire comprendre aux participants, en quoi le sport est particulier, le sport en général; le sport que l’on pratique et aussi le sport qu’on regarde; le sport business. Une autre thématique sera l’économie spécifique du football au niveau international, comprendre comment ça fonctionne, pourquoi le sujet de la formation est un élément clé et un levier de développement pour l’Afrique en général et le Bénin en particulier. On essayera aussi de creuser le sujet de la relation du Sport et les médias notamment les médias sociaux, le digital d’une façon générale qui est une vraie source de développement et une vraie opportunité pour l’Afrique de créer du lien avec sa diaspora. Le dernier point qui sera les sociétés sportives, la relation aux territoires, aux collectivités. Ce que l’on peut faire au niveau du sport qu’on pratique mais aussi au niveau du sport que l’on regarde. Un joli programme qui je l’espère vous intéressera autant qu’il me passionne.

Quels sont réellement les objectifs assignés à cette formation ?

L’ambition est d’accompagner les réformes engagées par le gouvernement du Bénin en créant une dynamique au sein du pays pour embarquer les différents acteurs, les différents maillons de la chaîne du sport.

Le sujet n’est pas d’organiser quatre demi-journées de formation, pour délivrer des diplômes, mais pour accompagner les acteurs béninois locaux dans leurs réflexions qui, pour une collectivité, voir comment utiliser le sport en termes de politique sportive, en termes de politique publique pour animer la cité, pour la valoriser, pour développer l’esprit de santé, qui pour un annonceur, voir comment s’engager auprès d’un sportif, d’un club, d’une Ligue, d’une Fédération et voir ce qu’il peut en faire et comment l’exploiter au mieux. Des éléments concrets qui amèneront, je l’espère, de nombreuses initiatives dans les semaines, mois à venir pour développer le sport et son économie au Bénin.

Quel sera le format de la formation ?

On attend une centaine de personnes. Le format est donc forcément un peu plus particulier, qui va au-delà des classes d’étudiants que je peux avoir avec une trentaine de personnes à chaque fois, ou des conférences que j’ai pu animer ou je peux avoir 100, 200 ou 300 personnes mais plutôt sur un format d’une heure. L’idée est d’avoir quelque chose d’interactive qui permet à chacun de s’exprimer, d’être plus dynamique puis de repartir avec des idées, des informations qui leur seront utiles. Une mi-temps d’intervention, plutôt descendante avec de l’interactivité, avec une solution web, qui permet de poser des questions et à la salle de réagir. Et puis, une deuxième mi-temps, de questions-réponses qui permettra à chacun de poser ses questions et pour moi, d’essayer de répondre au mieux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here